Frappes en Syrie : "Emmanuel Macron commet une faute politique très grave", estime Nicolas Bay du Front national

Le vice-président du FN Nicolas Bay a estimé, samedi sur franceinfo, que "ces bombardements contre la Syrie sont une faute", après les frappes occidentales menées par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le vice-président du Front national, Nicolas Bay, le 22 janvier 2018.
Le vice-président du Front national, Nicolas Bay, le 22 janvier 2018. (MAXPPP)

"Emmanuel Macron, en s'alignant sur les positions très belliqueuses des États-Unis, commet une faute politique très grave", a commenté samedi 14 avril sur franceinfo le vice-président du Front national. Nicolas Bay a réagi après les frappes aériennes occidentales menées en Syrie dans la nuit de vendredi à samedi.

"Ces bombardements contre la Syrie sont une faute, exactement de la même manière que les frappes contre la Libye, lorsque Nicolas Sarkozy était président de la République, étaient également une faute", a poursuivi Nicolas Bay.

"Aucune preuve irréfutable"

Le vice-président du parti d'extrême droite indique que "ce sont des régimes qui sont sans doute très contestables, très critiquables", mais pour lui "ce n'est pas la question. La question, c'est de savoir si on ne fait pas plus de mal que de bien en menant ces frappes", a expliqué Nicolas Bay, tout en affirmant qu'il n'y a "aucune preuve irréfutable que ce serait le régime syrien qui aurait commis ces attaques" chimiques. 

"Il faut s'en tenir à une position raisonnable qui consiste à percevoir que le régime de Damas est le rempart efficace, aujourd'hui, contre les groupes islamistes", a conclut Nicolas Bay.