DIRECT. Syrie : la Russie échoue à faire condamner les frappes occidentales lors d'un vote à l'ONU

Des frappes de la France, des Etats-Unis et du Royaume-Uni en Syrie, dans la nuit de vendredi à samedi, ont visé "le principal centre de recherche" et "deux centres de production" du "programme clandestin chimique" du régime syrien. 

Le Conseil de sécurité de l\'ONU se réunit à New York (Etats-Unis), le 14 avril 2018. 
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit à New York (Etats-Unis), le 14 avril 2018.  (HECTOR RETAMAL / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une "bonne partie de l'arsenal chimique" du régime de Damas a été détruite par des frappes occidentales en Syrie, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril, a assuré le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "Le but de cette opération, c'était de détruire les outils chimiques clandestins du régime de Bachar Al-Assad et, à cet égard, l'objectif a été atteint", a-t-il déclaré dans une interview à BFMTV. La Russie, qui a convoqué une réunion d'urgence à l'ONU samedi, a échoué à faire adopter par le Conseil de sécurité une résolution condamnant ces frappes. 

Une opération coordonnée des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France. C'est Donald Trump qui a annoncé dans la nuit ces frappes, dans une courte allocution. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont mené des frappes ciblées contre l'arsenal chimique syrien dans la nuit de vendredi à samedi. Elles ont visé "le principal centre de recherche" et "deux centres de production" du "programme clandestin chimique" du régime syrien, a précisé dans la matinée la ministre des Armées, Florence Parly. "Tous nos missiles sont parvenus à leur objectif", a-t-elle précisé en fin d'après-midi. Sur Twitter, Donald Trump a salué le "résultat" de ces frappes. "Mission accomplie", a-t-il lancé. 

Des frappes contre les armes chimiques. Cette action militaire coordonnée a été menée en réaction à l'attaque chimique présumée du 7 avril à Douma, dans la Ghouta orientale, dernier bastion rebelle aux portes de la capitale, qui a fait plus de 40 morts, selon des secouristes. Interrogé par BFMTV samedi, Jean-Yves Le Drian a annoncé que si la "ligne rouge était refranchie", une nouvelle intervention pourrait être menée. Les Etats-Unis se sont également dits "prêts à dégainer" en cas de nouvelle attaque chimique en Syrie, a assuré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

Moscou échoue à faire condamner ces frappes. Dans un communiqué, le Kremlin avait dénoncé "avec la plus grande fermeté l'attaque sur la Syrie, où des militaires russes aident le gouvernement légitime à lutter contre le terrorisme". La Russie a par la suite demandé au Conseil de sécurité de l'ONU, samedi, de voter sur son projet de résolution condamnant "l'agression" occidentale contre la Syrie. Elle a échoué à le faire adopter, ne recueillant pas les neuf voix nécessaires à son approbation. Seule la Russie, la Bolivie et la Chine ont voté en faveur de cette condamnation. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

22h28 : Une journaliste du quotidien émirati The National signale d'autre frappes à Deir Ezzor, fief du régime.

10h39 : Le chef du service international du quotidien israélien Haaretz indique que des médias proches du Hezbollah nient toute attaque aérienne sur la base iranienne en Syrie.

21h44 : Le compte Twitter d'Al Jazeera confirme que la base iranienne a été touchée par une frappe aérienne. Des journalistes israéliens laissent entendre qu'Israël serait l'ordonnateur de cette attaque. Mais l'information n'est pas confirmée pour le moment.

21h39 : @Le Grinch On en compte 12 Français, 12 Britanniques, et les quelques 80 autres américains.

21h36 : Bonsoir, savez-vous combien de missiles ont été tiré par la France sur les 105 recensés? Combien pour les britanniques ? Les Américains ? Merci !

21h34 : @hm4000 Les premiers éléments qui me parviennent font état d'une explosion entendue dans la base iranienne de Jabel Azan, près d'Alep, l'une des plus grosses installées en Syrie. On en sait pas beaucoup plus.

21h32 : Rapports d'une explosion sur une base iranienne près de la ville de Halep en Syrie

21h30 : @anonyme Absolument, c'est inscrit noir sur blanc dans la loi de Finances de 2015, ce qui porte la facture des missiles de croisière navals au double de celle d'un Tomahawk américain (un programme plus ancien qui a donc été amorti).

21h28 : coût d'un missile de croisière selon Cnews, 2,86 millions d'euros!!! Est-ce exact?

21h21 : L'Elysée indique qu'Emmanuel Macron a appelé le président turc Recep Tayyip Erdogan. Le président français l'a remercié pour son soutien sur les frappes aériennes, et a souhaité une intensification de la coopération entre les deux pays pour trouver une solution politique pour la Syrie.

21h10 : La Russie affirme que la Syrie a réussi à intercepter 70% des missiles lancés par la coalition (ce qui paraît beaucoup), côté occidental, on parle d'une grande majorité de missiles qui ont atteint leur cible (la France parle même de la totalité).

21h08 : Avez-vous une information sur le nombre de missiles interceptés par les Syriens ?

21h05 : "Nous allons prendre des initiatives dès lundi au Conseil de sécurité, à New-York, à Bruxelles lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères, pour tracer la feuille de route [vers un règlement pacifique] avec tous ceux qui voudront."

Sur TF1, Jean-Yves Le Drian détaille la prochaine étape, diplomatique cette fois, de l'offensive française en Syrie. "La France veut reprendre l'initiative au Conseil de sécurité pour faire en sorte que l'on s'achemine vers un règlement pacifique de la crise syrienne". Il cite par exemple une résolution russe sur un cessez-le-feu, qui n'a jamais été appliquée.

20h59 : Dans la nuit de vendredi à samedi, 105 missiles occidentaux ont été tirés sur les centres de recherche et de production de l'arsenal chimique en Syrie. Retour en images sur ces frappes occidentales avec France 2.




(FRANCE 2)

20h39 : Le Parisien révèle le nom de l'opération d'hier soir en Syrie : il s'agit de l'opération Hamilton. Le nom avait déjà été envisagé à l'été 2013, quand la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis étaient tout près d'attaquer le régime de Bachar Al-Assad.

20h37 : Le commandement de l'armée syrienne annonce la reprise totale de la Ghouta orientale.

20h25 : Florence Parly reste vague quand on lui demande si la Russie a été prévenue. "L'objectif était de ne pas ajouter des problèmes aux problèmes, tout a été fait pour diminuer le phénomène de surprise".

20h18 : Florence Parly réaffirme que la deuxième phase du projet est politique, et passera par le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.

20h17 : "Personne n'a jamais songé qu'une frappe pourrait à elle seule résoudre la crise syrienne qui dure depuis sept ans, mais il fallait mettre un coup d'arrêt à l'utilisation des armes chimiques."

20h15 : "Les capacités chimiques syriennes sont très fortement dégradées", réaffirme Florence Parly, ministre des Armées, au micro de France 2.

20h00 : Selon un officiel de l'armée américaine cité par Reuters, les frappes aériennes sur la Syrie ont notamment permis de détruire des installations capables de produire du gaz sarin.

19h52 : Emmanuel Macron estime ce soir que les frappes ont atteint leurs "objectifs" et qu'il revient désormais au Conseil de sécurité de l'ONU de reprendre "l'initiative sur les plans politique, chimique et humanitaire". Allusion au projet de résolution français sur un mécanisme d'enquête sur l'utilisation des armes chimiques.

19h42 : Voilà le détail des pays qui ont voté pour le texte russe : la Russie, sans surprise, la Chine et la Bolivie.

Se sont abstenus : le Pérou, le Kazakhstan, l'Éthiopie et la Guinée équatoriale.

Ont voté contre : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Koweït, la Suède, les Pays-Bas, la Pologne et la Côte d'Ivoire.

19h35 : @anonyme On compte 3 pour, 8 contre et 4 abstentions. Je n'ai pas encore le détail des votes, je vous tiens au courant dès que je trouve ça.

19h33 : A t-on le details du vote du conseil ?Merci

19h30 : Une journaliste d'Europe 1 donne une précision intéressante sur la preuve qu'affirme détenir la France sur la possible attaque chimique dans la Ghouta.

19h27 : La résolution russe visant à faire condamner les frappes occidentales se solde par un échec à l'ONU.

19h14 : @Florentin Le président des Républicains se fait discret ces derniers temps, a laissé son lieutenant Bruno Retailleau - "Emmanuel Macron aligne la diplomatie de la France sur celle de Donald Trump: c'est une erreur" - réagir aux frappes aériennes.

19h21 : Wauquiez a t-il réagi aux interventions de cette nuit en Syrie ?

19h21 : Le premier Ministre israélien Benyamin Nétanyahou apporte son "soutien total" aux frappes contre la Syrie.

19h22 : Le niveau d'opérationnalité de l'armée allemande s'est effondré a moins de 30 ou 40 % de la capacité nominale. C'est la conséquence directe de l'étranglement budgétaire progressif depuis une dizaine d'années. La situation fait d'ailleurs l'objet en ce moment d'une campagne de presse intense car les Allemands sont en train de découvrir qu'ils n'ont quasiment par exemple plus aucune couverture aérienne digne de ce nom sur leur propre territoire. Quand on en est à ce niveau il est évident que des OPEX ou même le simple tir de missile de croisière que l'armée allemande possède pas relais vrai du fantasme le plus pur

18h59 : Dans les commentaires, @bundeswehr fait remarquer que l'armée allemande aurait bien du mal à intervenir en Syrie vue ses difficultés chroniques (je renvoie en plus à cet article de Slate au titre choc : "l'armée allemande n'existe plus").

18h38 : Le chiffre de six vetos est arrêté à fin 2016, depuis la Chine a utilisé encore quelques fois son droit. Ces dix dernières années, la Chine a mis son veto à six textes sur la Syrie (en votant comme la Russie), un autre texte sur le Zimbabwe et un projet concernant la Birmanie, selon le site de l'ONU.

18h34 : 6 vetos pour la Chine? Je suis étonné d'un nombre si petit. A quelles occasions, si vous avez la réponse. Le Tibet?

18h32 : J'ajoute que vous pouvez retrouver toutes les résolutions qui ont été avortées à cause d'un veto sur le site de l'ONU. Les dix dernières portent sur le Moyen-Orient, où la Russie a mis neuf fois son veto sur un texte concernant la Syrie, les Etats-Unis ayant eux dit non à un projet concernant la Palestine.

18h34 : @titidu64 Figurez-vous que le champion du monde du veto est effectivement la Russie (en comptant le temps de l'URSS), avec 124 vetos, devant les Etats-Unis (82), la Grande-Bretagne (32), la France (18) et la Chine (6), selon les chiffres du Global Policy Forum. Mais si on ne tient compte que de la période entre 1972 et nos jours, ce sont les Etats-Unis qui font la course en tête, haut la main.

18h33 : Quelles sont les nations adeptes du veto, mis à part la Russie ?

18h33 : La France annonce le dépôt prochain d'une nouvelle résolution à l'ONU pour sortir "de l'impasse syrienne". "Nous présenterons dans les meilleurs délais un projet de résolution avec nos partenaires britanniques et américains", déclare l'ambassadeur de la France à l'ONU, François Delattre. Il serait notamment question de la création d'un mécanisme d'enquête sur le recours aux armes chimiques.

18h22 : Edouard Philippe recevra demain matin à Matignon les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat pour évoquer les frappes aériennes en Syrie.

18h16 : Quel pourrait être l’avenir des Nations unies avec les deux grands blocs géostratégiques opposés qui se reforment : à presque chaque nouveau projet de résolution, il y a de fortes chances de voir un veto être posé… Le rôle de cette institution internationale devient vraiment de plus en plus fragile, non ?

18h16 : @anonyme pose une question intéressante sur le rôle de l'ONU. Le journal britannique The Spectator déplore même "l'incompétence" des Nations unies, totalement impuissantes sur le dossier syrien à cause des vetos des membres permanents du Conseil de sécurité.

18h11 : Je ne suis pas un fan du président Trump mais force est de constater qu'il tient ses promesses. Si Obama avait frappé les forces du sanguinaire Assad lors de la première attaque chimique contre les civils, celui-ci n'aurait pas continué ses massacres et Poutine aurait arrêté de bomber le torse et d'utiliser son droit de veto à tout-va. Cela aurait aussi renforcé les positions de l'armée syrienne libre, au détriment de Daech. L'histoire étant ce qu'elle est, maintenant que le signal militaire est envoyé, les USA, la France et l'UK doivent envoyer un autre message aux Poutine/Assad, politique celui-là : massacrer des civils ne devrait plus être accepté. Sinon tout cela ne serait qu'un pétard mouillé dans le ciel embrasé de l'Assyrie...

18h04 : Dans les commentaires, @Gurwan met en parallèle l'action de Trump pour réagir à la possible utilisation d'armes chimiques dans la Ghouta orientale et les hésitations de Barack Obama, qui n'avait pas sauté le pas.