Cet article date de plus de neuf ans.

Quatre personnes âgées séquestrées pendant plusieurs années à Houston

Un homme a été interpellé ce vendredi à Houston après la découverte de quatre hommes retenus depuis des années dans un taudis. D'après la police américaine, le suspect les retenait pour pouvoir encaisser leurs chèques de retraite.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Richard Carson Reuters)

Alertés par un appel d'urgence, les policiers de Houston, au Texas, ont
découvert un "véritable donjon ", "avec un
système très élaboré de cadenas sur les portes et les fenêtres
", annonce le
Houston Chronicle
. C'est à l'intérieur de cette maison que les quatre hommes âgés d'une cinquantaine d'années et de 65, 74 et 80 ans ont été retrouvés.

Sur place, les policiers ont découvert des conditions de vie
"déplorables ". Les séquestrés  étaient
enfermés dans le garage, avec seulement une chaise et du lino au sol. Ils
n'auraient pas eu accès à la salle de bain. Toujours d'après la presse locale,
"ils étaient nourris avec des restes de nourriture d'animaux ". 

Retenu depuis 10 ans

Les séquestrés semblent être des invalides ou des SDF. Ils ont
expliqué à la police qu'ils avaient été attirés dans ce "donjon " "par la promesse de bière et de cigarettes ", a indiqué un porte-parole de la police. Une fois à l'intérieur, ils étaient
enfermés et leurs chèques de retraites encaissés par le kidnappeur. Trois d'entre eux ont été hospitalisés. L'un d'entre eux à affirmé à la télévision qu'il vivait là depuis six mois et ne voulait pas partir. Un autre a affirmé être retenu depuis 10 ans. Trois d'entre eux ont été hospitalisés dans un état de malnutrition. 

La police a également découvert trois femmes sur place. Une quatrième serait une aide-soignante. Elles vivaient dans de meilleure conditions mais la police doit encore déterminer si elles étaient captives et comment elles sont arrivées là. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.