VIDEO. Parlementaires au Yémen : la visite qui fait polémique

C’est l’histoire de six sénateurs et députés en déplacement dans un pays en guerre : le Yémen. Leur voyage a été en partie financé par l’un des belligérants, l’Arabie saoudite. Ces parlementaires français se seraient-ils retrouvés au coeur d’une opération de communication ?

Voir la vidéo

Depuis 2014, le Yémen est déchiré par une guerre. La coalition arabe, dirigée par l’Arabie saoudite, affronte les rebelles Houtis, soutenus par l’Iran. Le conflit a fait plus de 10 000 morts.

C’est dans ce pays que la sénatrice UDI de l'Orne, Nathalie Goulet, et cinq parlementaires se sont rendus. Le voyage a été financé par la Coalition arabe, emmenée par l’Arabie saoudite. La visite est encadrée par des militaires. Qu’ont vu les parlementaires ? Deux centres d’accueil saoudiens pour les populations qui ont fui le conflit. Une organisation saoudienne qui prend en charge d’anciens enfants soldats. Une visite avec un seul point de vue…. saoudien.

Michel Amiel, sénateur LRM des Bouches-du-Rhône, qui faisait partie du voyage, affirme en avoir bien conscience : "Le but c’était d’essayer de se rendre compte d’une partie de la réalité tout en étant parfaitement lucide et conscient sur le fait que ce n’était qu’une partie de la réalité."

"De la propagande"

De son côté, sur les réseaux sociaux, l’ambassade d’Arabie saoudite en France a mis en ligne cette vidéo. Elle présente sa version du conflit. Elle utilise les photos des parlementaires et cite la sénatrice Nathalie Goulet, satisfaite de l’action humanitaire saoudienne.

Nous montrons cette vidéo au sénateur Amiel, sénateur LRM des Bouches-du-Rhôn : "Oui, on est clairement dans de la propagande, il faut pas se cacher. A nous de faire la part des choses." Même sentiment chez cet autre participant au voyage.

On a dit qu’on ne jouerait pas les idiots utiles. On savait bien que peu ou prou, on allait récupérer cette visite.

André Reichardt, sénateur LR du Bas-Rhin

Alors fallait-il faire ce voyage, dans ces conditions ? Pour Sébastien Nadot, député LRM de Haute-Garonne, la réponse est non : "L’Arabie saoudite se sert de cette visite des parlementaires pour dire en gros : 'Regardez le pays des droits de l’Homme est dans notre camp' et ça sert l’impunité de l’Arabie saoudite, qui, ne l’oublions pas, est accusée par l’ONU, de crimes de guerre."

Selon une source diplomatique, le Quai d’Orsay était au courant de la visite. D’ailleurs l’ambassadeur de France au Yémen accompagnait les parlementaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
DR.
DR. (L'OEIL DU 20 HEURES / FRANCE 2)