Voitures béliers, attaques au couteau... Israël de nouveau plongé dans la violence

Deux mois après la fin de l'opération "Bordure protectrice", la tension est de nouveau très vive entre Palestiniens et Israéliens. Francetv info revient sur cette nouvelle spirale de violences.

La police intervient sur le lieu où un soldat israélien a été poignardé par un Palestinien, à Tel-Aviv (Israël), le 10 novembre 2014.
La police intervient sur le lieu où un soldat israélien a été poignardé par un Palestinien, à Tel-Aviv (Israël), le 10 novembre 2014. (AMIR LEVY / AFP)

Depuis près d'un mois, Israël connaît un nouveau regain de violences. Plusieurs personnes sont mortes ou ont été blessées dans des attaques ou des affrontements opposant Israéliens et Palestiniens, deux mois à peine après la fin de l'opération "Bordure protectrice", au cours de laquelle près de 2 000 Palestiniens sont morts, à Gaza. Lundi 10 novembre, une double attaque au couteau a coûté la vie à une Israélienne, à Tel-Aviv, ainsi qu'à un soldat israélien et à l'un de leurs assaillants, tué par la police. Francetv info revient sur cette nouvelle spirale de la violence.

Deux attaques mortelles à la voiture bélier à Jérusalem

Mercredi 22 octobre, une fillette de quelques mois succombe à ses blessures, à Jérusalem, après une attaque à la voiture bélier, selon l'hôpital où elle a été admise dans un état désespéré. Neuf autres personnes sont blessées lors de cette attaque. Le conducteur, un Palestinien blessé par balles par un policier, est mort en fin de soirée. Selon les services secrets israéliens, il s'agissait d'un membre du Hamas.

Deux semaines plus tard, mercredi 5 novembre, un Palestinien percute des passants à Jérusalem au volant de sa camionnette, avant d'être abattu par la police. Un policier renversé succombera à ses blessures. Une dizaine d'habitants sont aussi blessés, dont deux gravement.

Des affrontements sur l'esplanade des Mosquées

Jeudi 30 octobre, le président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dénonce "une déclaration de guerre" israélienne, après l'interdiction d'accès de l'esplanade des Mosquées aux fidèles musulmans. Cette décision intervient au lendemain d'une attaque armée contre un militant de l'extrême droite israélienne. Yéhuda Glick a été grièvement blessé à Jérusalem-ouest par les tirs d'un motocycliste, qui a pris la fuite. Le lendemain, le Palestinien soupçonné d'être l'auteur des coups de feu a été tué par la police israélienne.

Mercredi 5 novembre, l'esplanade des Mosquées, partiellement rouverte, s'embrase, après qu'une centaine d'extrémistes juifs ont réclamé le droit de prier sur le troisième lieu saint de l'islam. 

POLICE ISRAELIENNE et REUTERS

Un Arabe israélien abattu par la police

Samedi 8 novembre, un jeune Arabe israélien est abattu par des policiers à l'aube dans le nord d'Israël. Selon la version des forces de l'ordre, Kheir Hamdane s'est interposé lors de l'arrestation de l'un de ses proches pour une affaire de droit commun, menaçant les officiers avec un couteau. La police a ouvert le feu sur lui. Le jeune homme est mort lors de son transfert à l'hôpital. Mais sa famille affirme qu'il a été "abattu de sang froid" par les policiers alors qu'il était en train de fuir. La mort de ce jeune homme de 22 ans provoque des tensions dans la petite ville de Kfar Kana, située dans une région jusque-là épargnée par les violences de ces derniers jours.

Des coups de couteau mortels

Lundi 10 novembre, une jeune Israélienne est et un soldat sont tués à coups de couteau après deux attaques distinctes menées respectivement en Cisjordanie et à Tel-Aviv par deux Palestiniens. La première attaque se déroule à la mi-journée, près d'une gare ferroviaire. Un jeune de 17 ans poignarde un soldat israélien, avant d'être arrêté dans un immeuble après une courte course poursuite. 

Cinq heures plus tard, un autre Palestinien attaque trois colons à un arrêt de bus près du Goush Etzion, une colonie située en Cisjordanie. Une femme de 25 ans meurt et deux hommes sont blessés. Un garde de la colonie ouvre le feu sur l'assaillant, qui succombera peu après.