Cet article date de plus de six ans.

Israël : des attaques au couteau font deux morts et deux blessés

Deux Palestiniens ont poignardé à quelques heures d'intervalle un soldat israélien à Tel-Aviv et trois colons en Cisjordanie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les secours interviennent sur le site où un Palestinien a tué une Israélienne et blessé deux autres personnes, le 10 novembre 2014, dans le sud de la bande de Gaza. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Deux Palestiniens ont tué à coups de couteau une jeune Israélienne et un soldat israélien, lundi 10 novembre. Ces deux attaques accentuent encore le cycle des violences dans les Territoires palestiniens et en Israël. L'un des Palestiniens a été abattu, l'autre a été arrêté.

La première attaque s'est déroulée à la mi-journée, près d'une gare ferroviaire de Tel-Aviv, une ville jusqu'alors épargnée par les violences. Un jeune de 17 ans a poignardé un soldat israélien, qui a succombé à ses blessures dans la soirée. Son agresseur a été arrêté, grièvement blessé, dans un immeuble après une courte course poursuite. Originaire d'un camp de réfugiés de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, il était entré illégalement en Israël, selon la police.

Deux attaques à la voiture bélier depuis la fin octobre

Cinq heures plus tard, c'est un autre Palestinien qui attaquait trois colons israéliens à un arrêt de bus près du Goush Etzion. Une femme de 25 ans est morte et deux hommes ont été blessés. Un garde de la colonie a ouvert le feu sur l'assaillant, qui a succombé peu après.

C'est la première fois, dans le cycle de violences actuelles, que ce mode opératoire est utilisé. Jérusalem a été le théâtre, depuis fin octobre, de deux attaques à la voiture bélier, qui ont fait quatre morts. Les deux Palestiniens auteurs de ces attaques ont, à chaque fois, été abattus par des policiers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.