Cet article date de plus de six ans.

Un bébé meurt à Jérusalem après une attaque à la voiture bélier

Neuf personnes ont également été blessées après cette attaque, qualifiée de terroriste par la police, menée par un Palestinien membre du Hamas.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers israéliens examinent la voiture qui a foncé sur des piétons près d'une station de tramway à Jérusalem (Israël), faisant un mort et neuf blessés, le 22 octobre 2014. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Une fillette de quelques mois a succombé à ses blessures, mercredi 22 octobre, à Jérusalem (Israël) après une attaque à la voiture bélier, selon l'hôpital, où elle avait été admise dans un état désespéré. Neuf autres personnes ont été blessées lors de cette attaque. Le conducteur, blessé par balles par un policier, est mort en fin de soirée.

Selon la police et les secours, cet homme a lancé sa voiture sur un groupe près d'un arrêt de tramway. Une vidéo postée sur internet montre une voiture grise braquant brutalement après un croisement sur une importante artère entre Jérusalem-ouest et Jérusalem-est, tout près du quartier général de la police. Le véhicule monte sur un terre-plein utilisé par des piétons entre la route et les rails du tramway. Il prend en enfilade les piétons qui se trouvaient là. "A quelques centimètres près, il nous écrasait. Il s'est fracassé sur un poteau. Il est sorti de la voiture et s'est enfui en courant", raconte un témoin.

"Une attaque terroriste", selon la police

Le chauffeur de la voiture a été stoppé par un policier qui a ouvert le feu sur lui alors qu'il tentait de prendre la fuite. Il a succombé à ses blessures en fin de soirée. C'est un membre du Hamas, selon un membre du gouvernement israélien. Peu avant, le ministre de la sécurité intérieure Yitzhak Aharonovich, avait indiqué que ce Palestinien de Jérusalem-est était déjà connu de la police et avait déjà été emprisonné par le passé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.