Un combattant de l'Etat islamique en Syrie surnommé le "hipster jihadiste" sur les réseaux sociaux

Ce jeune homme, qui porte la barbe et des lunettes à la mode, est un Egyptien qui dit combattre au nord de la Syrie. Et qui ne cache pas, non plus, sa cruauté.

Une photo d\'Islam Yaken. L\'origine et la date du cliché sont indéterminées, mais il aurait été pris dans le nord de la Syrie.
Une photo d'Islam Yaken. L'origine et la date du cliché sont indéterminées, mais il aurait été pris dans le nord de la Syrie. (@AWS_FASFAS / TWITTER)

Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont-ils trouvé une parfaite icône pour séduire l'Occident ? Il est jeune, prend à merveille la pose sur son cheval, et porte des lunettes, une barbe et une touffe de cheveux bouclés à la pointe du cool : c'est le "hipster jihadiste", s'exclame le journal britannique The Telegraph. Même sa photo la plus partagée sur les réseaux sociaux a l'air d'être passée par un filtre Instagram. "Ce gars aimait la guerre sainte avant qu'elle soit à la mode", se moque le journal anglais The Independent (article en anglais).

Il poste des photos de ses victimes sur son Twitter

Ses autres accessoires, un sabre scintillant et une kalachnikov, sont tout de même moins courants dans les brunchs et les magasins bio, et rappellent qu'Islam Yaken est au service d'une organisation armée sanguinaire, qui souhaite répandre une vision ultra-rigoriste de l'islam, et qui est au cœur d'un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts, principalement des civils. Ce jeune Egyptien d'une famille aisée, éduqué dans un lycée français, combattrait actuellement à Raqqa, dans le nord de la Syrie, où aurait été prise la photo. Sur les réseaux sociaux, il n'hésite pas à poster les images d'hommes qu'il dit avoir tués, mais répond aussi volontiers à ses abonnés, qu'il encourage à "écouter [l'Etat islamique] lui-même plutôt que les médias", selon ce site égyptien.

Une stratégie de communication qui pousse un journaliste à se demander si Islam Yaken est réellement le combattant qu'il dit être. Son engagement dans le jihad armé aurait en tout cas été rapide : ses anciennes connaissances, interrogées par Al-Arabiya, décrivent un jeune homme "respectueux" et très soucieux de son image. Il passait son temps dans les salles de musculation et postait ses "selfies" torse nu sur le réseau social VK.

Un selfie d\'Islam Yaken posté sur le réseau social VK en 2012, quand il n\'était encore qu\'un amateur de musculation.
Un selfie d'Islam Yaken posté sur le réseau social VK en 2012, quand il n'était encore qu'un amateur de musculation. (VKONTAKTE / ISLAM YAKEN YAKEN)