Cet article date de plus de six ans.

Un chef d'Al-Qaïda au Yémen tué par un drone américain

Hareth Al-Nadhari, une autorité en matière de charia, la loi islamique, au sein d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) était apparu dans une vidéo diffusée le 10 janvier pour menacer la France de nouvelles attaques après celle de "Charlie Hebdo".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran d'une vidéo de propagande d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, le 16 avril 2014. (AL-MALAHEM MEDIA / AFP)

Le groupe jihadiste dont s'étaient réclamés les frères Kouachi, auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo à Paris, le 7 janvier, perd un de ses leaders. Al-Qaïda au Yémen a annoncé, jeudi 5 février, la mort de l'un de ses chefs, Hareth Al-Nadhari, et de trois autres membres du réseau. Ils ont été tués dans une attaque de drone américain le 31 janvier dans le sud du Yémen. 

Hareth Al-Nadhari, une autorité en matière de charia, la loi islamique, au sein d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) était apparu dans une vidéo diffusée le 10 janvier pour menacer la France de nouvelles attaques, après celle perpétrée contre le journal satirique Charlie Hebdo, commise trois jours plus tôt. Le dignitaire n'avait toutefois pas revendiqué cette attaque au nom de l'organisation, contrairement à un autre chef d'Aqpa, Nasser Ben Ali Al-Anassi, quelques jours plus tard. 

Tué avec trois autres hommes dans un véhicule

Le 31 janvier, des sources tribales avaient indiqué que quatre membres d'Al-Qaïda avaient été tués dans une attaque de drone, la deuxième du genre en une semaine, après l'annonce par les Etats-Unis de leur détermination à lutter contre ce réseau malgré le chaos politique au Yémen.

Le drone a pris pour cible un véhicule à bord duquel circulaient les quatre membres d'Aqpa dans le village d'As-Saïd. Les corps des passagers ont été carbonisés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.