Un an après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, l’Arabie saoudite annonce la tenue d’un forum médiatique

Avec sa 172e place sur 180, le pays est installé au bas du classement mondial 2019 de Reporters sans frontières. 

Un poster en hommage au journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul (Turquie), le 25 octobre 2018. 
Un poster en hommage au journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul (Turquie), le 25 octobre 2018.  (YASIN AKGUL / AFP)

Une annonce qui survient moins d'un an après l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. L'Arabie saoudite, par le biais de l'association des journalistes saoudiens, a annoncé, dimanche 28 juillet, le lancement d'un forum médiatique et la tenue d'une cérémonie de remise de prix, dont le prix saoudien du meilleur média (Saudi Media Award). Prévu fin novembre 2019, cet événement ambitionne de "faire de Riyad la capitale des médias arabes", selon un communiqué diffusé par l'agence saoudienne SPA.

Très court, le communiqué ne fait pas mention de Jamal Khashoggi. Ce journaliste, installé aux Etats-Unis après être tombé en disgrâce à la cour saoudienne, a été tué le 2 octobre dernier au consulat saoudien d'Istanbul (Turquie). Selon plusieurs médias, il y a été assassiné par un commando de 15 agents dépêchés par Riyad et suspecté de faire partie de l'entourage du prince héritier Mohammed Ben Salmane.

Des réactions à travers le monde

L'annonce de la tenue du forum a entraîné la réaction de plusieurs journalistes à travers le monde. "Un prix des médias ne changera rien aux torts causés à l’image de l'Arabie saoudite dans le monde après le meurtre de Jamal Khashoggi. Comme nous l'avons dit lors de notre mission à Riyad, le seul moyen de commencer à aller de l'avant est de libérer les 30 journalistes emprisonnés", a notamment commenté sur Twitter Rebecca Vincent, directrice du bureau de Reporters sans frontières au Royaume-Uni. A noter que le pays se trouve à la 172e place sur 180 du classement mondial 2019 de l'organisation. 

Brian Whitaker, ancien rédacteur en chef du Guardian au Moyen-Orient, a résumé son sentiment dans un bref post sur Twitter. "L’Arabie saoudite envisage d’organiser un forum international des médias, a-t-il écrit. Assistez-y à vos risques et périls."