Proche-Orient : "La France offre une possibilité de médiation"

Pascal Boniface, directeur de l'Iris, analyse la position de la France au Proche-Orient, après la venue de Saad Hariri à l'Élysée.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Emmanuel Macron a reçu Saad Hariri samedi à l'Élysée. Le Premier ministre libanais, qui a annoncé sa démission depuis l'Arabie saoudite, a plongé son pays et la région dans la crise. Pour la France, "c'est une façon de protéger le Liban et d'offrir une porte de sortie à l'Arabie saoudite, qui se trouvait face à une impasse. Le prince héritier a voulu faire un gros coup en prenant 'en otage' le Premier ministre libanais, mais cela a été contre-productif par rapport au Hezbollah", explique Pascal Boniface, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), invité du Soir 3.

"Donald Trump met de l'huile sur le feu"

Les tensions sont fortes depuis plusieurs semaines au Proche-Orient. "La France peut montrer qu'elle peut encore être une médiatrice au cours d'une crise importante. Alors que Donald Trump met de l'huile sur le feu de tous les sujets internationaux, la France offre une possibilité de médiation, pour calmer le jeu, ce qui est très utile", souligne Pascal Boniface.

Le JT
Les autres sujets du JT
Pascal Boniface, directeur de l\'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).
Pascal Boniface, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). (FRANCE 3)