L'Unesco privée de fonds américains après l'adhésion de la Palestine

Les Etats-Unis, qui y sont opposés, ont mis à exécution leur menace de suspendre leurs subventions, soit près d'un quart du budget de l'agence onusienne.

La Conférence générale de l\'Unesco, à Paris, le 31 octobre 2011.
La Conférence générale de l'Unesco, à Paris, le 31 octobre 2011. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Les Etats-Unis ont décidé lundi 31 octobre de suspendre leurs versements à l'Unesco. Un peu plus tôt dans la journée, la Palestine était devenue le 195Etat membre de cette agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture, malgré les pressions américaines.

"Nous devions effectuer un versement de 60 millions de dollars à l'Unesco en novembre et nous ne le ferons pas", a déclaré la porte-parole du département d'Etat américain, Victoria Nuland. Un peu plus tôt, Washington avait dénoncé une adhésion "prématurée" et "contre-productive".

L'équilibre financier de l'Unesco en danger

Avec l'arrêt immédiat du financement par les Etats-Unis, l'Unesco sera privée de 22 % de son budget, soit 70 millions de dollars (50 millions d'euros). Deux lois américaines du début des années 1990 interdisent le financement d'une agence spécialisée des Nations unies qui accepte la Palestine en tant qu'Etat membre en l'absence d'accord de paix avec Israël. 

Avant cette annonce, la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, avait estimé qu'un retrait des Etats-Unis aurait "de graves conséquences""Il faudra couper des programmes, réajuster l'équilibre de notre budget. Mais ce n'est pas seulement un problème financier, c'est un problème qui concerne l'universalité de notre organisation", a-t-elle expliqué, en jugeant qu'il était "dans l'intérêt des Etats-Unis" de rester à l'Unesco.

Décision historique

La résolution de la Conférence générale de l'Unesco a été adopté par 107 voix pour, 52 abstentions et 14 voix contre. C'est "un moment historique qui rend à la Palestine certains de ses droits", a salué le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Malki.

France 2

La France, en dépit de ses mises en garde ces derniers jours contre une démarche qu'elle jugeait prématurée de la part des Palestiniens, a finalement voté en faveur de cette résolution. Les Etats-Unis, l'Allemagne et le Canada ont voté contre, tandis que l'Italie et le Royaume-Uni se sont abstenus.

Un obstacle au processus de paix, selon Israël

L'admission de la Palestine à l'Unesco éloigne les perspectives d'un accord de paix, a réagi le gouvernement israélien peu de temps après le résultat du vote, en condamnant une "manœuvre unilatérale" des Palestiniens. 

"Cela va certainement affaiblir la capacité [des pays qui ont soutenu la demande d'adhésion de la Palestine à l'Unesco] à avoir de l'influence sur la position d'Israël", a affirmé de son côté l'ambassadeur israélien auprès de l'Unesco, Nimrod Barkan.