Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Liens Erdogan-groupes armés salafistes syriens : "l'affaire des camions", un scandale d'Etat en Turquie

Pourquoi a-t-on tiré, en mai 2016, sur le journaliste turc Can Dündar ? Qu'est-ce que "l'affaire des camions", devenue un scandale d'Etat en Turquie ? Pourquoi tous ceux qui enquêtent sur ces images d'un convoi à la frontière turco-syrienne sont-ils arrêtés ? Extrait d'un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 29 mars 2018.

Voir la vidéo
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Pourquoi a-t-on tiré sur Can Dündar ? En mai 2016, le journaliste turc est victime d'une tentative d'assassinat par balle, en plein jour, devant le tribunal stambouliote où il est jugé pour avoir mené une enquête interdite. Basée sur des informations classées secret-défense, elle lui vaudra même des menaces directes du président Erdogan. Extrait d'un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 29 mars 2018.

Trois ans auparavant, le 29 mai 2015, Can Dündar et le quotidien d'opposition Cumhuriyet décidaient de rendre publiques les images d'un convoi de camions près de la frontière turco-syrienne. Au volant, des membres des services secrets turcs. A l'intérieur, des caisses d'obus de mortier. D'où viennent ces armes ? A qui sont-elles destinées ? La Turquie, officiellement membre de la coalition contre l'organisation Etat islamique, jouerait-elle un double jeu ?

Quand le président Erdogan menace un journaliste à la télévision

L'enquête est aussitôt interdite. Les télévisions pro-gouvernementales montrent en direct l'arrestation de procureurs, gendarmes, journalistes… travaillant sur "l'affaire des camions", devenue un scandale d'Etat. En direct à la télévision toujours, le président Erdogan menace le journaliste qui l'a révélée : "La seule volonté de ces gens-là, c'est de ternir l'image de la Turquie. […] Et je crois que celui qui a diffusé cette information risque de le payer très cher."

Extrait de "Turquie : l'enquête interdite", à voir dans "Envoyé spécial" le 29 mars 2018.