Syrie : Moscou soupçonné d'avoir bombardé les rebelles et non l'Etat islamique

Les frappes aériennes russes auraient visé l'opposition au régime de Bachar Al-Assad, selon des diplomates français.

Le président russe, Vladimir Poutine, prononce un discours à la tribune des Nations unies à New York (Etats-Unis), le 28 septembre 2015.
Le président russe, Vladimir Poutine, prononce un discours à la tribune des Nations unies à New York (Etats-Unis), le 28 septembre 2015. (MIKE SEGAR / REUTERS)

La Russie a lancé ses premières frappes aériennes en Syrie, mais elle n'aurait pas visé le groupe Etat islamique"Les forces russes ont frappé en Syrie, c'est désormais public, et curieusement elles n'ont pas frappé l'EI", a déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, mercredi 30 septembre.

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a précisé qu'il y avait "des indications selon lesquelles les frappes russes n'ont pas visé l'Etat islamique". "Il faudrait vérifier quels étaient les objectifs" des avions russes, a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse à New York. Il est "trop tôt" pour dire quelles étaient les cibles, selon la Maison Blanche.

Des frappes dans trois provinces tenues par les rebelles

Un responsable diplomatique français, sous couvert d'anonymat, a pourtant affirmé plus tôt dans l'après-midi que "ce n'est pas sur l'Etat islamique que [les Russes] ont frappé, c'est sans doute sur les groupes d'opposition, ce qui confirme qu'ils sont davantage dans le soutien au régime de Bachar Al-Assad que dans la lutte contre Daech". "Nous avons vu des frappes contre l'opposition syrienne", confirme un responsable américain de la Défense, cité par l'AFP.

Moscou a indiqué avoir effectué des frappes aériennes dans trois provinces syriennes, mercredi, notamment dans la région de Homs. Cette zone est sous le contrôle de l'opposition au régime de Bachar Al-Assad, soutenu par la Russie depuis le début du conflit syrien.