Raqqa : au cœur des ruines

Arnaud Comte, envoyé spécial de France 2 à Raqqa (Syrie), a pu arpenter les rues détruites de la ville. Il en a recueilli des témoignages faisant état, entre autres, de la présence de Français dans la ville.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Martyrisée par des mois de combats et des milliers de bombes, Raqqa (Syrie) est aujourd'hui une ville balafrée, où seuls les squelettes des immeubles émergent encore à l'horizon. Il y a bien là des vestiges de l'occupation des jihadistes : un panneau routier aux couleurs de Daech, ou encore cette surprenante remorque d'un transporteur français dont on ne sait pas comment elle a pu se retrouver ici. Les rues sont jonchées de mines et d'explosifs. Quelques mètres plus loin, une charge explosive artisanale censée se déclencher à l'ouverture d'une porte. Ces pièges sont balisés par une inscription sur le mur. Ils ont été repérés, selon les combattants kurdes, par des forces spéciales occidentales.

Des Français y ont vécu

"Piégée à 80 %, la ville de Raqqa est interdite à la population qui ne pourra pas y revenir avant plusieurs semaines", explique Arnaud Comte, envoyé spécial à Raqqa. Seules quelques familles sont restées dans les faubourgs, mais elles se comptent sur les doigts d'une main. Le journaliste de France 2 a rencontré l'une d'entre elles, restée terrée chez elle pendant trois ans pour éviter de croiser trop souvent les hommes de Daech. L'une de leurs voisines était, disent-ils, une Française, qui venait de temps à autres leur réclamer un peu de lait. Mais impossible de savoir ce que sont devenus les survivants.

Le JT
Les autres sujets du JT
(MORUKC UMNABER / DPA)