Irak : les forces kurdes gagnent du terrain face à l'Etat islamique près de Mossoul

Après deux jours d'offensive, les forces kurdes irakiennes ont pris dix villages, situés près du fief des terroristes en Irak. 

Des peshmergas progressent contre le groupe Etat islamique dans la province de Niniveh (Irak), lundi 15 août 2016.
Des peshmergas progressent contre le groupe Etat islamique dans la province de Niniveh (Irak), lundi 15 août 2016. (HAMIT HUSEYIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Après deux jours d'offensive, les forces kurdes irakiennes ont pris dix villages au groupe Etat islamique près de Mossoul, annoncent des responsables, lundi 15 août. Cette ville, fief des terroristes en Irak, est un objectif majeur pour les peshmergas. La région conquise s'étend sur 150 km² et se trouve à une trentaine de kilomètres au sud-est de Mossoul. Masrour Barzani, un responsable militaire kurde, affirme que cette progression permettrait aux peshmergas de "resserrer l'étau autour de Mossoul".

Ces derniers mois, les peshmergas ont avancé en direction de Mossoul au prix de plusieurs offensives, menées avec le soutien de l'aviation et des conseillers de la coalition internationale, dirigée par les Etats-Unis. "La coalition a fourni un soutien à l'opération des peshmergas, confirme le colonel américain Chris Garver, porte-parole de la coalition internationale. L'objectif est d'élargir les lignes de communication [entre les jihadistes] au sud de Mossoul et d'empêcher [le groupe Etat islamique] de toute liberté de mouvement".

Les forces fédérales préparent aussi leur avancée

Le responsable militaire présente ces assauts comme des opérations préliminaires, afin de préparer une éventuelle offensive majeure pour reprendre Mossoul. Au moins 130 jihadistes ont été tués dans les opérations menées depuis deux jours, selon l'armée irakienne, qui ne donne pas de bilan des pertes kurdes. Dimanche, toutefois, un officier avait évoqué la mort de sept peshmergas. Un journaliste de Kurdistan TV a également été tué par un tir au mortier, alors qu'il circulait dans un convoi de combattants.

En plus des peshmergas, les forces fédérales veulent également resserrer l'étau autour de Mossoul, et se préparent à avancer par le sud, en remontant par la vallée du Tigre. Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a promis de chasser le groupe terroriste de la ville et de son pays avant la fin 2016.