La ville libyenne de Syrte va-t-elle devenir le prochain fief de l'Etat islamique ?

L'emprise du groupe jihadiste est de plus en plus importante en Libye et notamment dans cette ville, selon les milices libyennes et les responsables occidentaux. 

Des militants de l\'Etat islamique défilent à Syrte (Libye), dans un document de propagande diffusé en février 2015.
Des militants de l'Etat islamique défilent à Syrte (Libye), dans un document de propagande diffusé en février 2015. (WELAYAT TARABLOS / AFP)

La Libye abritera-t-elle le prochain fief du groupe Etat islamique (EI) ? Selon le New York Times (en anglais), les jihadistes se préparent à perdre la ville syrienne de Raqqa, épicentre de son influence dans la région, depuis 2014. La capitale officieuse de l'EI, en effet, est massivement bombardée par la coalition internationale.

L'EI contrôle déjà une bande côtière près de Syrte

Ce scénario est d'autant plus plausible que la Libye est déchirée depuis l'intervention française et la chute du colonel Kadhafi, en 2011. "Nous n'avons pas de réel Etat et notre gouvernement est fragmenté, indique Fathi Ali Bashaagha, interrogé par The Journal (en anglais). A chaque fois que nous reportons une décision politique, nous offrons à l'Etat islamique une occasion en or de grandir."

>> L'article à lire pour comprendre ce qu'il se passe en Libye

A cet égard, Syrte est un objectif de choix pour les jihadistes. Située à 650 km au sud de la Sicile, cette ville côtière pourrait constituer "une base pour des opérations menées dans toute l'Afrique du Nord", selon un expert cité par le New York Times. Le groupe jihadiste contrôle déjà plus de 240 km de côtes, près de Syrte, entre les villes d'Abugrein et de Nawfaliyah.

Il y a encore un an, Syrte ne comptait qu'une poignée de combattants, écrit le quotidien américain. Mais la ville est aujourd'hui décrite comme une colonie de l'EI, étroitement contrôlée par son pouvoir central. Alors que les jihadistes développent leur emprise dans huit pays, grâce au relai de groupes inféodés, les jihadistes libyens sont les seuls qui opèrent directement sous son contrôle, selon des responsables occidentaux.

Plus de 2 000 combattants et des camps d'entraînement

A Syrte, les militants de l'EI ont déjà commencé à imposer leur loi, selon le commandant d'une milice basée à Misrata, cité par le New York Times. La musique et le tabac sont bannis, les magasins sont fermés durant la prière, le voile est imposé... Au moins quatre crucifixions ont eu lieu en août, et deux hommes accusés de sorcellerie ont été décapités.

>> Comment la Libye est devenue la nouvelle terre de jihad de l'Etat islamique

L'EI dispose déjà de camps d'entraînement dans le pays. A la mi-novembre, deux Français de 19 et 20 ans ont été arrêtés dans le sud de la Tunisie, alors qu'ils comptaient se rendre en Libye, pour combattre en Syrie. Selon les milices locales et les responsables occidentaux, plus de 2 000 combattants de l'EI seraient déjà présents en Libye, parmi lesquels certains leaders jihadistes de premier plan. L'Irakien Abou Ali Al-Anbari, par exemple, est arrivé en bateau après un périple en Méditerranée.