Attentat à Vienne : l'un des suspects toujours "activement recherché", une chasse à l'homme enclenchée

L'attaque survenue à proximité d'une synagogue de la ville a fait au moins trois morts dans la capitale, lundi soir. L'un des assaillants tué était un sympathisant de l'Etat islamique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers près du lieu où l'attentat terroriste est survenu, à Vienne (Autriche), le 2 novembre 2020.  (JOE KLAMAR / AFP)

La police recherche au moins un suspect, mardi 3 novembre au lendemain de l'attentat qui a fait trois morts, à Vienne. Une chasse à l'homme a été lancée dans la nuit après l'attentat qui a semé la terreur dans la capitale autrichienne, qualifiée d'"attaque terroriste", par le chancelier Sebastian Kurz. Un premier assaillant, "proche de l'Etat islamique", a été abattu, selon le ministre de l'Intérieur autrichien, Karl Nehammer.

>> Attentat de Vienne : suivez les dernières informations dans notre direct

Les tirs ont éclaté en début de soirée, à quelques heures de l'entrée en vigueur d'un reconfinement de l'Autriche pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Le drame s'est déroulé en plein cœur de la capitale, près d'une importante synagogue et de l'Opéra. "A ce stade, il n'est pas possible de dire si la synagogue" était la cible des tireurs, a déclaré Oskar Deutsch, le président de la communauté israélite de Vienne (IKG).

15 personnes hospitalisées dont sept dans un état grave

Deux hommes et une femme ont été tués dans l'attaque. Le maire de Vienne, Michael Ludwig, a aussi fait état de 15 personnes hospitalisées, dont sept dans un état grave.

Peu de temps après l'attaque, les spectateurs de l'Opéra ont quitté sous escorte la représentation à laquelle ils assistaient. Des policiers et des soldats ont été mobilisés pour protéger les bâtiments importants de la capitale, et les enfants ont été dispensés d'école pour la journée de mardi. "Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens", a déclaré le chancelier Sebastian Kurz. L'Autriche avait été jusqu'ici été relativement épargnée par la vague d'attentats islamistes survenue en Europe ces dernières années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.