Attentat de Vienne : le chancelier autrichien appelle l'UE à lutter davantage contre "l'islam politique"

Sebastian Kurz a dénoncé, mardi, une "idéologie" qui représente un "danger" pour le "modèle de vie européen".

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz arrive à une conférence de presse à Vienne, le 3 novembre 2020.
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz arrive à une conférence de presse à Vienne, le 3 novembre 2020. (LISI NIESNER / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Au lendemain de l'attentat de Vienne, Sebastien Kurz réclame un sursaut européen. Le chancelier autrichien a appelé l'Union européenne, mardi 3 novembre, à lutter davantage contre l'"islam politique", une "idéologie" qui représente un "danger" pour le "modèle de vie européen", selon lui. "L'UE doit beaucoup plus se concentrer à l'avenir sur le problème de l'islam politique", a-t-il affirmé.

L'Etat islamique revendique l'attentat. Le groupe terroriste a affirmé, mardi, que l'attaque avait été perpétrée "par un combattant de l'Etat islamique""soldat du califat". Dans son communiqué publié par son agence de propagande Amaq, l'organisation dévoile la photo d'un homme barbu présenté comme étant l'auteur de l'attaque et désigné comme "Abu Dagnah Al-Albany"

L'enquête avance. Dix-huit perquisitions ont été réalisées et 14 personnes ont été interpellées en Autriche, a indiqué, mardi, le ministre de l'Intérieur, Karl Nehammer. L'enquête a également pris une dimension internationale avec l'arrestation de deux Suisses de 18 et 24 ans par la police de Zurich à Winterthour, dans le nord de la Suisse. 

Une attaque menée en solitaire ? Il n'y a pas de preuve à ce stade de l'existence d'un deuxième assaillant, a fait savoir, mardi, le gouvernement autrichien. Auparavant, il avait assuré qu'au moins un autre suspect était en fuite et la police avait évoqué plusieurs suspects armés. 

L'assaillant abattu avait tenté de rejoindre la Syrie. A de 20 ans, le terroriste avait été condamné en 2019 pour avoir tenté de rejoindre la Syrie. Il avait réussi à "tromper" le programme de déradicalisation et ceux qui étaient chargés de son suivi, selon le ministre de l'Intérieur.

 Quatre morts et quinze personnes hospitalisées. Parmi les quatre victimes figurent un homme et une femme âgés, un jeune passant et une serveuse, a précisé le chancelier Sebastian Kurz. Quinze personnes restaient hospitalisées mardi, dont trois dans un état critique, selon l'association hospitalière de Vienne.

  Emmanuel Macron appelle à une réponse européenne. Le président français s'est rendu mardi à l'ambassade d'Autriche à Paris, pour apporter "son soutien inconditionnel au peuple autrichien" et appeler à une réponse européenne contre "des ennemis qui s'attaquent à ce qu'est l'Europe". "Nous ferons tout, en Européens, pour nous tenir ensemble, combattre ce fléau qu'est le terrorisme et, ensemble, avancer sans rien céder d'aucune de nos valeurs", a-t-il déclaré, après avoir signé le registre de condoléances. 

 L'Allemagne renforce ses contrôles aux frontières. Des contrôles renforcés ont été mis en place à la frontière entre l'Allemagne et l'Autriche après l'attaque à Vienne, a indiqué mardi la police allemande. Ces contrôles frontaliers sont considérés comme une "priorité tactique" par la police fédérale, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police allemande.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AUTRICHE

21h54 : Deux jeunes Autrichiens, tous deux d'origine turque et semi-professionnels d'arts martiaux, ont été salués pour leur bravoure lors de l'attaque jihadiste commise la veille à Vienne. Ils ont été filmés en train de se précipiter au milieu de la fusillade pour secourir les premiers blessés, dont un policier.

L'ambassadeur de Turquie en Autriche (au centre) reçoit Recep Tayyip Gultekin (à droite) et Mikail Ozen (à gauche), le 3 novembre 2020, à Vienne. (ASKIN KIYAGAN / ANADOLU AGENCY / AFP)


(ASKIN KIYAGAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

20h05 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité à 20 heures :

Après plusieurs mois d'une campagne atypique entravée par l'épidémie de Covid-19, les Américains se prononcent, mardi 3 novembre, pour élire le 46e président des Etats-Unis. Suivez la soirée puis la nuit électorale sur franceinfo.


La revendication arrive presque 24 heures après les faits. Le groupe terroriste Etat islamique affirme que l'attentat de Vienne qui a fait quatre morts a été mené "par un combattant de l'Etat islamique", "soldat du califat".


#COVID_19 Près de 3 900 malades du Covid-19 sont désormais hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs, selon les chiffres de Santé publique France.


Les analyses ADN confirment la responsabilité du chien Curtis dans la mort d'Elisa Pilarski et écartent tout lien avec la meute de chiens de chasse qui se trouvait à proximité, a appris franceinfo de sources proches du dossier.

19h16 : Dans son communiqué publié par son agence de propagande Amaq, l'organisation dévoile la photo d'un homme barbu présenté comme l'auteur de l'attaque et désigné comme "Abu Dagnah Al-Albany".

19h15 : Le groupe Etat islamique revendique la responsabilité de l'attaque de Vienne dans un communiqué diffusé sur Telegram.

18h28 : Un journaliste du Monde s'est rendu dans le centre-ville de Vienne, près de l'endroit où l'attentat a été perpétré. Six lieux ont été visés simultanément.

18h24 : "Les enquêtes de police ont permis d'identifier des ressortissants suisses âgés de 18 et 24 ans. Les deux hommes ont été arrêtés à Winterthur mardi après-midi en coordination avec les autorités autrichiennes", précise la police cantonale de Zurich.

18h23 : Deux jeunes hommes suisses de 18 et 24 ans ont été arrêtés en lien avec l'attaque jihadiste à Vienne, annonce la police.

18h31 : Faisons un point sur l'actualité :

Plus de 100 millions d'Américains ont d'ores et déjà voté de façon anticipée pour l'élection présidentielle, avant l'ouverture officielle des bureaux de vote aujourd'hui, selon le dernier comptage actualisé du US Elections Project. Suivez les résultats Etat par Etat, sur notre carte, actualisée en direct. Les premiers résultats sont attendus aux alentours de 1 heure du matin, heure française.

Lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Jean Castex a déploré que certains élus appellent les maires à "violer les règles de la République" en prenant des arrêtés pour rouvrir les commerces pendant le reconfinement.

Quatorze personnes ont été arrêtées en Autriche, ont annoncé les autorités au lendemain de la fusillade perpétrée par au moins un assaillant en plein coeur de Vienne, faisant quatre morts et 22 blessés.

Les analyses ADN confirment la responsabilité du chien Curtis dans la mort d'Elisa Pilarski et écartent tout lien avec la meute de chiens de chasse qui se trouvait à proximité, a appris franceinfo, de sources proches du dossier.


15h16 : L'eurodéputé LR Arnaud Danjean, membre de la sous-commission "Sécurité-Défense" du Parlement européen, dément un manque de coordination entre la police et les services de renseignement européens. "Vous ne pouvez pas avoir 24h/24h des centaines de personnes sous surveillance absolue", explique-t-il sur franceinfo.

15h20 : Au total, 18 perquisitions ont été réalisées et 14 personnes ont été interpellées, au lendemain de l'attaque terroriste de Vienne qui a fait quatre morts, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Karl Nehammer. Il n'y a pas de preuve à ce stade de l'existence d'un deuxième assaillant, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Auparavant, il avait assuré qu'au moins un autre suspect était en fuite.

12h35 : Emmanuel Macron est attendu à l’ambassade d’Autriche à Paris, a appris franceinfo auprès de l'Elysée. Il y signera un registre de condoléances après l'attaque terroriste d'hier soir à Vienne.

12h02 : Il est midi. Voici les principaux titres de l'actualité :

Quatre personnes sont mortes dans l'attentat commis hier à Vienne. L'assaillant abattu par la police était un sympathisant du groupe Etat islamique qui avait déjà tenté de rejoindre la Syrie. La police est toujours à la recherche d'un ou de plusieurs suspects éventuels.

Produits de toilette, d'hygiène, d'entretien et de puériculture... Le gouvernement a précisé la liste des produits que les grandes surfaces peuvent continuer à vendre pendant le confinement, en plus de ceux déjà considérés comme essentiels.

La SNCF va supprimer progressivement jusqu'à 70% des TGV – inOui et Ouigo – circulant en France à partir de mercredi, car la fréquentation s'est effondrée en raison du reconfinement.


Quatre hommes ont été interpellés ce matin dans le Val-d'Oise dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice, a appris France Télévisions de source judiciaire. Un individu originaire de Tunisie, âgé de 29 ans, est notamment suspecté d'avoir été en contact avec l'auteur de l'attaque.


Des dizaines de millions d'Américains se rendent aux urnes pour choisir entre Donald Trump et Joe Biden.

11h32 : Karl Nehammer a renouvelé ce matin quelques conseils aux habitants de Vienne. Il leur a demandé de rester à la maison s'ils le peuvent et d'éviter le centre-ville. Il a également rappelé que l'école n'était pas obligatoire aujourd'hui et qu'il était préférable pour les parents de s'occuper de leurs enfants à la maison.

11h32 : L'auteur de l'attentat qui a fait quatre morts dans le centre de Vienne était originaire de Macédoine du Nord et avait été condamné en 2019 pour avoir tenté de rejoindre la Syrie, a annoncé le ministre autrichien de l'Intérieur. Agé de 20 ans, il était aussi détenteur de la nationalité autrichienne, a précisé Karl Nehammer à l'agence de presse autrichienne APA.

09h38 : Une quatrième personne est morte des suites de ses blessures au lendemain de l'attentat qui a endeuillé la ville de Vienne (Autriche), a annoncé un porte-parole du ministère de l'Intérieur à l'AFP. Cette victime, une femme, est décédée à l'hôpital.

09h24 : Des contrôles renforcés ont été mis en place à la frontière entre l'Allemagne et l'Autriche après les attaques commises à Vienne. Ces contrôles frontaliers sont considérés comme une "priorité tactique" par la police fédérale, a indiqué à l'AFP un porte-parole de police allemande. D'importantes recherches sont en cours pour retrouver un ou plusieurs suspects.

09h24 : Plusieurs dirigeants européens ont apporté leur soutien au peuple autrichien. "L'Europe condamne avec force cet acte lâche qui viole la vie et nos valeurs humaines", a notamment tweeté le président du Conseil européen, Charles Michel. "L'Europe est totalement solidaire de l'Autriche. Nous sommes plus forts que la haine et la terreur", a écrit Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.

09h07 : Voici les principaux titres de l'actualité :

Au moins trois personnes sont mortes dans les attaques commises hier à Vienne. L'assaillant abattu par la police était un sympathisant du groupe Etat islamique, a déclaré ce matin le ministre de l'Intérieur autrichien. Un ou plusieurs suspects sont toujours recherchés.

Un couvre-feu va s'ajouter au confinement à Paris et peut-être en Ile-de-France, a annoncé sur BFMTV Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. Celui-ci pourrait s'appliquer à 21 heures, mais un arrêté doit préciser les détails dans la journée.


Produits de toilette, d'hygiène, d'entretien et de puériculture... Le gouvernement a précisé la liste des produits que les grandes surfaces peuvent continuer à vendre pendant le confinement, en plus de ceux déjà considérés comme essentiels.

Des dizaines de millions d'Américains se rendent aux urnes pour choisir entre Donald Trump et Joe Biden. Le vote par anticipation a atteint un niveau record pour un scrutin, avec 99 millions de bulletins transmis.

08h22 : "Nous, Allemands, sommes solidaires et compatissants envers nos amis Autrichiens. La lutte contre le terrorisme islamiste est notre combat commun."


La chancelière allemande Angela Merkel exprime sa solidarité aux Autrichiens après les attentats commis dans le centre de Vienne.

07h52 : "L'Autriche avait été un des premiers pays à témoigner sa solidarité [à la France après l'attentat de Nice] mais on ne peut pas supposer que ce soit la raison pour laquelle aujourd'hui des islamistes s'en prennent à la capitale autrichienne."

"Personne ne comprend pourquoi c'est Vienne qui a été visée", explique sur franceinfo Jérôme Segal, habitant de Vienne et maitre de conférences à la Sorbonne.

07h49 : "C'[était] une soirée spéciale, c'[était] la dernière soirée avant le reconfinement, les bars et restaurants étaient ouverts jusqu'à minuit donc il y avait plus de gens que les jours précédents."

Amélie, guide conférencière française, explique sur franceinfo que de nombreuses personnes se trouvaient dehors, à Vienne.

07h48 : Les enquêteurs ont accédé au logement de l'assaillant identifié en forçant la porte avec des explosifs, a précisé le ministre, sans souhaiter donner davantage de détails sur le profil de l'attaquant. Karl Nehammer, qui avait affirmé auparavant qu'au moins un autre suspect était en fuite, a dit partir du principe qu'ils étaient "plusieurs" sans pouvoir formellement l'assurer.

07h48 : Le ministre de l'Intérieur autrichien, Karl Nehammer appelle les habitants à rester chez eux dans la journée. Le ministre a déclaré que l'assaillant abattu hier était lourdement armé et équipé d'une ceinture explosive, mais la police de Vienne a depuis indiqué que celle-ci était factice. La police mène toujours une traque pour retrouver un ou plusieurs suspects.

06h48 : "Nous avons subi hier soir une attaque perpétrée par au moins un islamiste terroriste", ajoute Karl Nehammer, qui a précisé que l'assaillant tué était un sympathisant du groupe Etat islamique (EI).

06h48 : L'homme armé abattu par la police est un "terroriste islamiste", déclare le ministre de l'Intérieur autrichien en conférence de presse.

06h49 : Le chef de la police viennoise annonce que trois civils sont morts dans l'attaque commise dans la capitale autrichienne, deux hommes et une femme.

06h43 : "Au moins l'un des auteurs est toujours en fuite", a précisé le ministre de l'Intérieur autrichien Karl Nehammer. Des policiers et des soldats ont été mobilisés pour protéger les bâtiments importants de la capitale, et les enfants ont été dispensés d'école pour la journée.



(JOE KLAMAR / AFP)

06h12 : Une deuxième personne est morte dans l'attaque commise hier soir à Vienne. Il s'agit d'une femme qui a succombé à ses blessures, a déclaré le maire de la capitale autrichienne Michael Ludwig, sur la chaîne de télévision publique ORF.

06h46 : Il est 6 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Plusieurs hommes armés ont attaqué six lieux distincts de Vienne, près de la synagogue du centre de la capitale autrichienne. Le bilan est ce matin de deux morts et d'au moins 14 blessés. Un homme armé a été tué par les forces de police.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a condamné "une attaque terroriste répugnante". "Nous ne nous laisserons jamais intimider par le terrorisme et nous combattrons ces attaques avec tous nos moyens."

Des dizaines de millions d'Américains se rendent aux urnes pour choisir entre Donald Trump et Joe Biden. Le vote par anticipation a atteint un niveau record pour un scrutin, avec 99 millions de bulletins transmis.

• La France enregistre un nouveau record de contaminations et un niveau de mortalité inédit. Pour la première fois depuis le 20 avril, les hôpitaux français ont enregistré plus de 400 victimes du Covid-19 au cours des dernières 24 heures.


• Une cinquantaine de jihadistes affiliés à Al-Qaïda ont été tués au cours d'une opération menée au Mali par l'armée française dans la zone dite des "trois frontières", à proximité du Burkina Faso, a annoncé hier la ministre des Armées, Florence Parly.