Afghanistan : des journalistes de France 2 montent à bord d'un convoi taliban à Kaboul

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Afghanistan : des journalistes de France 2 montent à bord d'un convoi taliban à Kaboul
FRANCE 2
Article rédigé par
D. Ollieric, M. Behboudi, F. Le Moal, Y. Kadouch - France 2
France Télévisions

En Afghanistan, les talibans contrôlent la capitale depuis trois semaines. Si les combattants tentent de maîtriser leur image, ils paradent en ville, armés. Une équipe de journalistes de France 2 a pu suivre l'une de leurs patrouilles dans la capitale.

À Kaboul (Afghanistan), les talibans sont partout dans la ville, avec des armes de guerre. Leur objectif : la sécurité. "Notre mission la plus importante est d'arrêter tous les criminels de Kaboul", précise un combattant taliban aux journalistes de France 2 qui ont pu suivre un convoi. "La population est rassurée, car on s'occupe de la protéger", ajoute un autre. Le drapeau blanc de l'Émirat islamique flotte partout dans la capitale et rappelle que la loi islamique est la seule à suivre.

Des journalistes afghans roués de coups

Depuis trois semaines, les talibans ont pris le contrôle de Kaboul. La plupart d'entre eux vivaient depuis des années reclus dans les montagnes à la frontière du Pakistan. "Avant j'étais loin, dans une zone complètement désertique et là, je découvre la vie en ville", se réjouit l'un d'eux. Pour les talibans, la page américaine est définitivement tournée. Leur obsession est désormais de construire, avec la nouvelle génération, l'Émirat islamique d'Afghanistan. Mais dans les faits, il y a une répression de plus en plus violente notamment contre les journalistes afghans. "Hier, un photographe et un caméraman ont été arrêtés alors qu'ils couvraient une manifestation de femmes. Ils ont été emmenés dans un commissariat et roués de coups (...) Plusieurs femmes également ont été violemment frappées alors qu'elles manifestaient pour leurs droits", indique la journaliste Dorothée Ollieric en direct de Kaboul.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.