Mort d'Abou Bakr Al-Baghdadi : deux hommes capturés lors du raid, le corps du jihadiste "traité de façon appropriée"

Ces deux hommmes sont actuellement détenus, a indiqué un général lors d'une conférence de presse au Pentagone.

Le général Mark Milley, chef d\'état-major de l\'armée américaine, tient un conférence de presse au Pentagone (Arlington, Virginie, Etats-Unis), le 28 octobre 2019, en compagnie du secrétaire américain à la Défense, Mark Esper (à gauche).
Le général Mark Milley, chef d'état-major de l'armée américaine, tient un conférence de presse au Pentagone (Arlington, Virginie, Etats-Unis), le 28 octobre 2019, en compagnie du secrétaire américain à la Défense, Mark Esper (à gauche). (CHIP SOMODEVILLA / AFP)

Pourront-ils livrer des éléments sur l'organisation Etat islamique ? Deux hommes ont été capturés lors du raid dans lequel Abou Bakr al-Baghdadi a été tué, dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 octobre, a annoncé le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley, lors d'une conférence de presse au Pentagone, lundi 28 octobre.

"Deux hommes ont été capturés" lors de l'assaut et "nous les détenons dans un endroit sécurisé", a détaillé Mark Milley. Il n'a pas dévoilé leur identité ni la raison de leur présence auprès du leader de l'Etat islamique.

Ce général a également indiqué que les forces américaines ont récupéré, lors de ce raid, du "matériel", qui est en train d'être exploité.

Le corps de Baghdadi immergé en mer ?

Quant aux restes d'Abou Bakr al-Baghdadi, ils "ont alors été transportés dans un endroit sécurisé pour faire confirmer son identité grâce à des analyses ADN", a indiqué Mark Milley. Une fois cette analyse réalisée, le "traitement" de ces restes a été fait "de façon appropriée, selon la procédure [militaire] et en accord avec les lois de la guerre", a ajouté le général, sans donner davantage de détails.

L'AFP affirme qu'un haut responsable du Pentagone lui a expliqué, sous couvert d'anonymat, que le corps du leader de l'EI avait été immergé en mer. Mais aucune source n'a confirmé officiellement cette affirmation. Cette méthode d'inhumation avait déjà été choisie par les Américains après la mort d'Oussama Ben Laden en 2011, pour éviter que sa tombe devienne un lieu de pèlerinage pour ses partisans.