DIRECT. Mort d'Al-Baghdadi : Trump triomphe, "le combat contre Daech continue" pour les Européens

"La mort d'Al-Baghdadi est un coup dur porté contre Daech, mais ce n'est qu'une étape", a réagi Emmanuel Macron.

Le président américain Donald Trump, le 27 octobre 2019 à la Maison Blanche.
Le président américain Donald Trump, le 27 octobre 2019 à la Maison Blanche. (CHRIS KLEPONIS / CONSOLIDATED NEWS PHOTOS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les réactions se multipient après l'annonce, dimanche 27 octobre, de la mort du chef du groupe Etat islamique Abou Bakr Al-Baghdadi dans un raid américain dans le nord-ouest de la Syrie. Une opération qui sonne comme succès pour le président américain Donald Trump, mais accueillie avec retenue par ses alliés européens.

Une allocution crue et détaillée. "Abou Bakr Al-Baghdadi est mort", s'est félicité Donald Trump depuis la Maison Blanche. Le président américain a livré un récit détaillé du raid au cours duquel le chef de l'Etat islamique a été acculé par les forces américaines puis s'est fait sauter avec sa ceinture d'explosifs. "Il est mort comme un lâche" en "gémissant, pleurant et criant", a martelé Donald Trump.

Le porte-parole de l'Etat islamique également tué. Quelques heures plus tard, les forces kurdes ont annoncé la mort du porte-parole du groupe terroriste, Abou Hassan Al-Mouhajir, dans un autre raid mené dans le nord de la province d'Alep. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé une opération "des forces américaines en coopération avec les Forces démocratiques syriennes".

Les Européens restent prudents. Pour nombre de dirigeants, la disparition d'Abou Bakr Al-Baghdadi n'annonce pas la fin de l'Etat islamique. Il s'agit d'"un moment important dans notre combat contre la terreur, mais la bataille contre le fléau de Daech n'est pas terminée", a réagi Boris Johnson. "La mort d'Al-Baghdadi est un coup dur porté contre Daech, mais ce n'est qu'une étape. Le combat continue", a pour sa part déclaré le président français Emmanuel Macron.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AL_BAGHDADI

23h41 : Il est l'heure pour moi de vous proposer les articles les plus marquants que nous avons publiés aujourd'hui.

Une mosquée a été attaquée à Bayonne par un homme de 84 ans. Ce dernier a été par le passé candidat du Front national aux élections départementales. L'attaque a fait deux victimes. Tous les détails dans cet article.

En seulement quelques heures, les forces spéciales américaines ont réussi à authentifier Abou Bakr Al-Baghdadi, mort lors d'une opération militaire en Syrie.Comment les Américains ont réussi à identifier l'ancien chef de l'EI ? Réponse dans cet article.

Un nouveau mouvement de grève perturbe fortement le trafic des TGV Atlantique lundi. Une preuve supplémentaire des tensions au sein du groupe ferroviaire comme on l'explique dans cet article.

22h12 : Donald Trump a publié aujourd'hui sur Twitter une photo du chien héros de l'assaut mené contre le chef du groupe Etat islamique (EI) qui a rendu "des services incroyables". Le nom de la bête, en revanche, lui a été gardé secret pour des raisons de sécurité, a précisé le chef d'état-major de l'armée américaine.

21h05 : Le corps d'Abou Bakr al-Baghdadi a été immergé en mer après le raid militaire américain contre le repaire du chef du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, confirme anonymement aujourd'hui à l'AFP un responsable du Pentagone. Le "traitement" du corps a été fait "de façon appropriée", avait auparavant affirmé à la presse à Washington le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley.

19h26 : Deux hommes ont été capturés lors du raid contre Abou Bakr Al-Baghdadi qui a conduit à la mort du chef du groupe Etat islamique (EI) dans la nuit de samedi à dimanche, affirme aujourd'hui le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley. Les deux hommes sont détenus dans un "endroit sécurisé".

17h46 : Il était l'homme le plus recherché du monde. Abou Bakr Al-Baghdadi s'est fait exploser lors d'une opération américaine dans le nord-ouest de la Syrie. On vous explique dans cet article comment les forces américaines ont réussi à identifier formellement son corps aussi rapidement.





(REUTERS)

15h11 : Donald Trump envisage de publier des extraits de la vidéo du raid américain qui a conduit à la mort du chef du groupe Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. "Nous y pensons, c'est possible", a-t-il déclaré depuis la base aérienne d'Andrews, près de Washington.

13h02 : Par ailleurs, la Turquie affirme ce midi que ses services de renseignement et ses militaires avaient eu des contacts "intenses" avec leurs homologues américains dans la nuit où s'est déroulée l'opération ayant conduit à l'élimination du chef du groupe Etat islamique. "Ils se sont coordonnés", a déclaré le porte-parole de la présidence turque.

13h42 : L'Arabie saoudite se félicite à son tour de la mort du chef du groupe Etat islamique Abou Bakr Al-Baghdadi. Selon Ryad, il a "défiguré l'image de l'islam et des musulmans à travers le monde."

11h00 : "Chacun est bien conscient que la neutralisation d'Abou Bakr Al-Baghdadi après sa longue traque ne signifie pas la fin de la lutte contre Daech ni contre le terrorisme", a indiqué la ministre Florence Parly au Parisien.

10h29 : Le secrétaire à la Défense américain Mark Esper a assuré pour CNN (en anglais) que l'équipe sur le terrain avait à la fois la confirmation visuelle et ADN de l'identité de sa cible.

10h25 : Bonjour @Vince. "Les résultats du test ont permis une identification certaine, immédiate et totalement positive. C'était lui", a affirmé Donald Trump lors de son discours. Sur NBC News, un responsable du renseignement présent dans la "Situation room" a assuré que le commandant de la mission avait appelé et dit :" Sûr à 100%, jackpot. "

10h24 : Bonjour, je ne sais pas si j'ai raté un épisode, mais est-ce que D. Trump a amené des "preuves" de la mort de Al-Baghdadi ? Ou est-ce un effet d'annonce pour remonter dans la scène politique ?

09h05 : Voici les principales informations de ce matin :

• Dans un entretien sur RTL, le président Emmanuel Macron assure qu'il n'aura "aucune forme de faiblesse ou de complaisance" face aux mobilisations contre sa réforme des retraites même si cette dernière devait le rendre "impopulaire".

• Donald Trump a annoncé la mort du chef du groupe Etat islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi, lors d'une opération militaire américaine dans le nord-ouest de la Syrie. Voici ce que l'on sait de cette opération.

• Le candidat péroniste de centre-gauche Alberto Fernandez a remporté hier l'élection présidentielle en Argentine au premier tour, devant le président sortant libéral Mauricio Macri, selon des résultats partiels.

• Incarcéré depuis six semaines après deux condamnations, le maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany saura cet après-midi si sa première demande de mise en liberté est acceptée.

08h45 : "Nous étions pas dans l'équipe qui a mené ce raid" a confirmé Amélie de Montchalin, secrétaire d'État chargée des Affaires européennes? sur franceinfo, à propos de l'intervention américaine qui a entraîné la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi. Elle n'a pas précisé si la France était avertie de cette opération ou pas.

08h14 : CNN a compilé dans un article au ton ironique les 41 phrases les plus "choquantes" de Donald Trump, lors de son annonce de la mort du chef de l'Etat islamique. Le média retient notamment son hommage appuyé au chien de l'armée américaine mort durant l'opération.

07h53 : #Al_Baghdadi "La question de la confirmation est très importante", a précisé François Hollande après la mort annoncée d'Abou Bakr Al-Baghdadi. Il estime que Donald Trump doit notamment cette confirmation à ses alliés de la coalition. Hier, le président américain a affirmé que "les tests [ADN] ont donné un résultat certain, immédiat et positif à 100%".

07h44 : "C'est un coup dur à cette organisation terroriste, mais ce n'est pas encore un coup fatal. C'est un coup dur parce que c'est le chef et qu'il avait proclamé le califat (...) mais cette organisation, qui n'a plus de territoire, a encore des combattants", a déclaré l'ancien chef d'Etat, invité des "4V", sur France 2.



(BERTRAND GUAY/AFP)

07h19 : "Ça a été frappant dans son discours : il nomme tous les Américains tués, décapités par Daech, mais ne parle même pas des attentats en Europe. Le message est clair : l'Amérique se retire du Moyen-Orient."

Après la mort du chef de l'Etat islamique,le président américain Donald Trump a parlé d'une "immense déception" à propos de l'Europe, qui refuse de rapatrier les jihadistes capturés en Syrie.

07h29 : L'Agence France Presse diffuse des photos du village de Baricha, à quelques kilomètres de la frontière turco-syrienne. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des tirs de huit hélicoptères ont visé une maison et une voiture dans cette région. Au moins neuf personnes sont mortes, dont deux femmes et un enfant.







(OMAR HAJ KADOUR / AFP)