Les forces irakiennes lancent la bataille pour reprendre l'ouest de Mossoul

La partie occidentale de la ville est moins étendue que sa partie orientale, mais elle est plus densément peuplée. Elle reste aux mains des jihadistes de l'Etat islamique, désormais encerclés.

Des soldats irakiens engagés dans l\'offensive contre le groupe Etat islamique, le 10 janvier 2017, dans les quartiers est de Mossoul (Irak).
Des soldats irakiens engagés dans l'offensive contre le groupe Etat islamique, le 10 janvier 2017, dans les quartiers est de Mossoul (Irak). (DIMITAR DILKOFF / AFP)

"Le Premier ministre a annoncé le lancement des opérations de libération de la partie ouest de Mossoul", indique un communiqué, diffusé dimanche 19 février. Après des semaines de durs combats, les forces irakiennes ont pris, en janvier, le contrôle de la partie est de la ville. L'objectif, désormais, est de reconquérir le dernier bastion du groupe Etat islamique en Irak.

Les troupes de la police fédérale et du ministère de l'Intérieur devraient avancer vers les quartiers Ouest depuis le sud de la ville. Peu après avoir annoncé le début de son opération, l'armée a d'ailleurs indiqué qu'elle avait repris deux localités dans ce secteur.

La partie Ouest est plus densément peuplée

La partie occidentale de Mossoul est plus petite que sa partie orientale, mais elle est plus densément peuplée. C'est là que se trouvent certains des points d'appui des jihadistes. La bataille pour l'ouest de Mossoul "risque d'être plus difficile, avec des combats maison par maison, plus sanglants et à plus grande échelle", met en garde Patrick Skinner, du Soufan Group Intelligence Consultancy, un groupe de conseil américain.

>> Irak : Reportage à Mossoul, ville semi-libérée des jihadistes

Dans la partie ouest, l'entrelacs de ruelles de la vieille ville rendra très difficile le passage des véhicules militaires, ralentissant l'avancée des forces fédérales, avertissent des analystes. Les jihadistes pourraient par ailleurs jouir d'un plus grand soutien de la part des habitants de la rive ouest, majoritairement sunnites, que de ceux du côté est.

Il a fallu deux mois pour reprendre l'est de Mossoul

"Nos forces entament la libération des citoyens de la terreur de Daesh", a déclaré le Premier ministre Haider Al-Abadi, à la télévision. Les combattants jihadistes et les habitants de Mossoul ont pu traverser le Tigre dans les deux sens pendant une grande partie des combats dans l'Est. Mais aujourd'hui, tous les ponts ont été détruits et les jihadistes dans l'Ouest sont entièrement encerclés.

>> Irak : à Mossoul, dans les quartiers libérés, la vie reprend au milieu des cadavres et des destructions

Depuis le début de l'offensive, le 17 octobre, les jihadistes opposent une farouche résistance pour défendre Mossoul, où le leader Abou Bakr Al-Baghdadi avait proclamé un "califat" en juin 2014. Il a fallu plus de deux mois aux forces d'élite irakiennes – les unités du service du contre-terrorisme – pour reprendre, fin janvier, le contrôle de la rive est de Mossoul.