Les forces irakiennes ont repris les quartiers est de Mossoul à l'Etat islamique

C'est une étape importante dans la vaste offensive menée contre le fief irakien des jihadistes.

Le général irakien Talib al-Sheghati lors d\'une conférence de presse sur la base de Bartalla, près de Mossoul (Irak), mercredi 18 janvier 2017.
Le général irakien Talib al-Sheghati lors d'une conférence de presse sur la base de Bartalla, près de Mossoul (Irak), mercredi 18 janvier 2017. (DIMITAR DILKOFF / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une étape importante dans l'offensive menée à Mossoul contre le groupe Etat islamique. L'armée irakienne dit avoir repris la totalité des quartiers est de la deuxième ville d'Irak, mercredi 18 janvier, trois mois après le début de l'offensive pour reprendre le fief irakien du groupe Etat islamique. 

>> REPORTAGE FRANCE 2. Au plus près des forces spéciales françaises engagées contre l'Etat islamique en Irak

Encore quelques combats sporadiques à l'est

"Les secteurs importants" de l'est de Mossoul sont désormais sous contrôle, précise le général Talib al-Sheghati, qui dirige les unités d'élite du contre-terrorisme. Le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, a salué "les efforts de ces braves forces" qui "ont réussi à mener à bien la stratégie pour nettoyer la rive gauche"en référence à la partie est de la métropole du nord de l'Irak, coupée en deux par le Tigre. Les forces irakiennes avaient atteint le fleuve début janvier.

Voir la vidéo

Dans les quartiers reconquis, la vie a commencé à reprendre son cours, même si les services de base n'ont pas été totalement rétablis. "La sécurité est revenue, les boutiques du marché ont rouvert et les clients sont là", s'était réjoui Haj Fawzi, un boucher interrogé la semaine dernière dans le grand marché d'Al-Zahraa. Mais un habitant du quartier Al-Arabi, dans l'est de la ville, précise que "des combattants de l'EI sont toujours présents et tirent des obus de mortier".

Une famille irakienne achète des fruits sur un étal du marché  d\'Al-Zahraa, mercredi 18 janvier 2017 à Mossoul (Irak). Les combats ont entraîné des dégâts importants sur les bâtiments.
Une famille irakienne achète des fruits sur un étal du marché d'Al-Zahraa, mercredi 18 janvier 2017 à Mossoul (Irak). Les combats ont entraîné des dégâts importants sur les bâtiments. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Malgré l'annonce de la "libération", le général Yahya Rasool admet qu'il y aura encore des combats dans l'est, dans les jours qui viennent. "Il y a des quartiers qui sont encore en train d'être libérés et cela pourrait encore prendre quelques jours", a précisé le porte-parole du commandement conjoint des opérations contre le groupe Etat islamique en Irak.

La reprise de l'Ouest sera difficile

La phase suivante s'annonce très délicate. L'EI contrôle toujours la partie ouest de Mossoul, où se trouve notamment la vieille ville, un entrelacs de ruelles d'accès impossible pour des véhicules militaires. C'est dans cette partie, un peu plus petite que l'Est, que les jihadistes sont les mieux implantés.

>> Etat islamique : la France rapproche deux canons de Mossoul pour appuyer l'offensive

Des membres des unités d\'élite irakiennes du contre-terrorisme, mardi 18 janvier 2017 dans la base de Bartalla, près de Mossoul (Irak).
Des membres des unités d'élite irakiennes du contre-terrorisme, mardi 18 janvier 2017 dans la base de Bartalla, près de Mossoul (Irak). (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Les jihadistes ont mis en place des défenses "parfois plus importantes" dans l'Ouest que dans l'Est, ajoute le colonel Brett Sylvia, à la tête de 1 700 conseillers militaires américains détachés en Irak. Les combats, enfin, sont rendus difficiles par la présence des habitants.