Rocambolesque évasion de Carlos Ghosn vers le Liban

L'ancien patron du groupe Renault-Nissan a fui le Japon où il était en résidence surveillée pour rejoindre le Liban. Ses avocats détenaient pourtant ses passeports.

Tous les regards sont tournés vers une élégante maison de Beyrouth, mercredi 31 décembre. Carlos Ghosn y séjournerait selon les premiers éléments. L'évasion de l'ancien patron du groupe automobile Renault-Nissan a pris de court la France et le Japon. Il se justifie : "Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique", a-t-il dit dans un communiqué.

Entrée légale

Le "fugitif" aurait quitté le Japon via un avion privé direction la Turquie avant de rejoindre le Liban. Comment a-t-il pu échapper à la vigilance des autorités alors qu'il était assigné à résidence ? Comment a-t-il pu échapper aux contrôles douaniers alors que ses avocats détenaient ses passeports ? Autant de questions encore sans réponses. Ses avocats étaient d'ailleurs très embarrassés quand ils ont appris la nouvelle. Selon les autorités libanaises, Carlos Ghosn est entré sur le territoire légalement. Pour ses proches, c'était la seule option.

Le JT
Les autres sujets du JT
(ERIC PIERMONT / AFP)