Marine Le Pen : la candidate FN a rencontré le président libanais

Marine Le Pen a soigné sa stature de présidentiable en rencontrant pour la première fois un chef d'État étranger ce lundi 20 février. Elle s'est rendue au Liban sur invitation de Michel Aoun.

France 3

Au Liban, à Beyrouth, Marine Le Pen a pour la première fois rencontré un chef d'État en exercice ce lundi 20 février. Michel Aoun, le président du Liban, a déjà reçu Emmanuel Macron et s'intéresse à l'élection présidentielle française. Pour la candidate du Front national, c'est l'occasion de soigner à la fois sa crédibilité et sa stature internationale.

Mise en garde par Saad Hariri

Concernant la crise syrienne, Marine Le Pen a réaffirmé son soutien à Bachar el-Assad. "J'ai clairement exprimé qu'il m'apparaissait que, dans le cadre de la politique du moindre mal qui est une politique réaliste, il m'apparaissait que Bachar Al-Assad était aujourd'hui une solution bien plus rassurante pour la France que l'État islamique", a déclaré la candidate FN à la présidentielle. Elle a ensuite rencontré le Premier ministre Saad Hariri, hostile à Bachar Al-Assad, qui a mis en garde Marine Le Pen contre tout amalgame entre l'islam et le terrorisme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen et Gilbert Collard reçus par le Premier ministre libanais Saad Hariri, le 20 février 2017
Marine Le Pen et Gilbert Collard reçus par le Premier ministre libanais Saad Hariri, le 20 février 2017 (RATIB AL SAFADI / ANADOLU AGENCY / AFP)