Liban : un an après l'explosion à Beyrouth, Emmanuel Macron s'impatiente

Emmanuel Macron réunit mercredi une conférence des donateurs, mais un an après l’explosion du port de Beyrouth, le chef de l’État n’a toujours pas réussi à faire bouger la classe politique libanaise.

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme regarde les immeubles détruits à Beyrouth, au Liban, un an après l'explosion au port, le 9 juillet 2021. (ALINE LAFOY / HANS LUCAS / AFP)

Emmanuel Macron avait promis aux Libanais qu'il ne les lâcherait pas. Un an après, c'est le dossier libanais qui ne lâche plus Emmanuel Macron. Malgré son implication personnelle, deux visites à Beyrouth pour imposer la formation d'un gouvernement et la mise en place de réformes qui étaient les conditions pour débloquer 9 milliards d'aides, rien n'a été fait.

"Je décide donc de prendre acte de cette trahison collective et du refus des responsables libanais de s'engager de bonne foi dans le contrat que la France leur a proposé", s'agaçait le président français en septembre 2020.

Paris promet des sanctions

Mais l'arme sémantique était à un coup, et a manqué sa cible. L'entourage du chef de l'État réfute tout sentiment d'impuissance, mais le concède : "Le président espérait un électrochoc, le fait est qu'il ne s'est rien passé." 

Au-delà de la conférence internationale sur le Liban organisée ce mercredi, il reste donc au chef de l'État l'arme des sanctions déjà agitée au printemps, et notamment des restrictions de déplacements pour des officiels libanais. Les noms n'ont pas encore été révélés afin de continuer à mettre les dirigeants libanais sous pression et de tenter de sortir de l'impasse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liban

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.