Liban : les manifestations contre le pouvoir ne se calment pas

La situation se tend au Liban, les manifestations contre le pouvoir s'intensifient.

Au Liban, nouvelle soirée de contestation devant la grande mosquée de la capitale, lundi 21 octobre au soir. Face au siège du gouvernement, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés pour exprimer leur colère. "Il n'y a pas pire que ce que l'on vit actuellement au Liban, nous sommes devant des politiciens totalement irresponsables", fustige un Libanais. Des manifestations démarrées après l'annonce d'une taxe sur la messagerie WhatsApp, désormais écartée.

Le pouvoir fait des promesses

Ils réclament des élections anticipées. "Si vous réclamez des élections anticipées, alors votre voix sera le seul décideur. Je suis personnellement avec vous", a assuré Saad Hariri, le Premier ministre libanais. Un gouvernement dos au mur qui promet des réformes comme 12 millions d'allocations pour les plus pauvres, de nouvelles centrales électriques ou la création d'une autorité nationale de lutte contre la corruption. De la poudre aux yeux pour les manifestants. "Ils essayent de nous berner, ils nous prennent pour des moutons", tance un homme. Les manifestations devraient se poursuivre mardi 22 octobre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des Libanais manifestent contre la classe politique, qu\'ils accusent de corruption, le 19 octobre 2019 à Beyrouth (Liban). 
Des Libanais manifestent contre la classe politique, qu'ils accusent de corruption, le 19 octobre 2019 à Beyrouth (Liban).  (MAHMUT GELDI / ANADOLU AGENCY / AFP)