Liban : faible mobilisation pour les premières élections législatives depuis neuf ans

Seuls 49,2% des électeurs se sont déplacés dans leur bureau de vote dimanche 6 mai.

Des personnes déouillent les votes après les élections législatives du 6 mai 2018, à Beirut (Liban).
Des personnes déouillent les votes après les élections législatives du 6 mai 2018, à Beirut (Liban). (ANWAR AMRO / AFP)

Le dernier scrutin de ce type organisé dans le pays remonte à 2009. Le Liban a tenu, dimanche 6 mai, ses premières élections législatives en près d'une décennie. Mais sur les 3,7 millions d'électeurs, seuls 49,2% ont déposé leur bulletin dans l'urne, contre 54% en 2009, selon le ministère de l'Intérieur.

Les opérations de dépouillement des voix ont commencé dimanche soir, en début de soirée, mais les résultats finaux ne sont pas encore connus. De l'avis des experts, l'issue du scrutin ne réserve aucune surprise et le Parlement devrait être dominé par les partis traditionnels, notamment le puissant Hezbollah chiite, un allié de la Syrie et de l'Iran.

Quant au Premier ministre sunnite Saad Hariri, soutenu par l'Arabie saoudite, son parti politique "pourrait perdre quelques sièges, mais sa reconduction au poste de chef de gouvernement n'est pas menacée", d'après le politologue Karim El-Mufti.