Liban : nuit de tensions à Beyrouth

Au Liban, la situation est tendue alors que des manifestants ont pris d’assaut des ministères à Beyrouth. La contestation est loin de retomber, de nouvelles manifestations sont attendues dimanche 9 août.

Sur la place des martyrs à Beyrouth, il ne reste pas grand-chose du rassemblement du samedi 8 août. Le calme, après une nuit de tensions. "Révolution", le mot a été scandé toute la soirée devant le ministère de l’Energie. Les manifestants ont été évacués du bâtiment et dispersés par l’armée. "L’Etat est censé nous fournir de l’électricité, mais les politiciens sont tellement corrompus qu’on en a pas", argue une manifestante. "Aucun de ces ministères ne représente le peuple, avance un autre manifestant. Aucun des parlementaires, ni le président !"

Les manifestants comptent maintenir la pression

Les manifestants ont tenté de prendre possession des lieux de pouvoir, symboles de la corruption à leurs yeux. Menés par des officiers militaires à la retraite, ils ont voulu faire du ministère des Affaires étrangères leur QG. L’armée les en a empêché. "La Révolution ne s’invite pas, elle se fait par le peuple lui-même", explique un autre manifestant. Malgré les démissions de députés, de chefs de file de parti et d’un ministre, les manifestants comptent maintenir la pression.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un manifestant libanais face aux forces de sécurité à Beyrouth, le 8 août 2020.
Un manifestant libanais face aux forces de sécurité à Beyrouth, le 8 août 2020. (STR / AFP)