Liban : "L'explosion est la démonstration dramatique qu’il n’y a plus d’Etat"

La chercheuse Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient, et la romancière Diane Mazloum, auteure d’"Une piscine dans le désert", commentent sur franceinfo, mercredi 2 septembre, la situation au Liban.

FRANCEINFO

"J’étais à Beyrouth lors de la double explosion et tout le monde se considère comme un miraculé jusqu’à trois kilomètres du port", confie Diane Mazloum. "J’ai vu la fin, je me sens complètement changé. Je suis toujours dans un état second mais dans une autre dimension. Surtout, je suis inquiète pour ma famille, j’ai toujours peur, à la moindre sonnerie mon téléphone, d’une mauvaise nouvelle. Je serais morte sur le coup si je l’avais vécu à distance depuis Paris ou ailleurs", témoigne la romancière franco-libanaise auteur du livre Une piscine dans le désert.

Les Libanais "pris en otage"

"Cette explosion est la démonstration dramatique qu’il n’y a plus d’Etat au Liban. Ce système s’est écroulé. Il faut reconstruire sur d’autres bases. Les hommes en place ne peuvent pas le faire. Il ne faut plus leur donner la moindre légitimité. Le peuple réclame un Etat laïc ou civil, et la fin de cet Etat communautaire qui l'a conduit au désastre", affirme la chercheuse Agnès Levallois, spécialiste du Liban.

"Le peuple libanais est pris en otage par son propre Etat. Mais il regorge de ressources humaines exceptionnelles et dans ce sens, on peut encore avoir de l'espoir", conclut Diane Mazloum.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Diane Mazloum
Diane Mazloum (FRANCEINFO)