Explosions à Beyrouth : le nitrate d’ammonium à l’origine du drame ?

Selon les autorités libanaises, environ 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans un entrepôt du port seraient à l’origine de la double explosion qui a ravagé Beyrouth, mardi 4 août. Que sait-on de ce produit ?

Après la double explosion qui a détruit le port de Beyrouth (Liban) et ravagé une partie de la ville, mardi 4 août, les autorités libanaises ont annoncé que le drame pourrait avoir été causé par 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, stockées dans un entrepôt du port. "Le produit est vendu dans de gros sacs de plusieurs centaines de kilos, et il est bien connu dans les zones rurales, puisqu’il s’agit d’un engrais indispensables à l’agriculture moderne", précise le journaliste de France Télévisions, Florent Boutet, sur le plateau de France 2.

Des antécédents tragiques

Le nitrate d’ammonium est aussi macabrement connu en France. "Vous vous souvenez d’AZF. Nous sommes à Toulouse, le 21 septembre 2001, l’explosion de l’usine avait fait 31 morts, provoquée par un cocktail comprenant 300 tonnes de nitrate d’ammonium. À Beyrouth, il y avait une quantité dix fois plus importante. C’est un produit qui a généré dans l’histoire d’autres catastrophes, et pourtant, il n’est pas forcément explosif en tant que tel. Une détonation est possible en cas de contact avec une source de chaleur intense, c’est pourquoi il faut le stocker en l’isolant des substances inflammables", conclut le journaliste.

L\'origine des explosions au Liban vient d\'un stock de nitrate d\'ammonium. En France, il existe plus de 100 stocks de ce produit. Faut-il craindre qu\'un pareil drame se reproduise ? 
L'origine des explosions au Liban vient d'un stock de nitrate d'ammonium. En France, il existe plus de 100 stocks de ce produit. Faut-il craindre qu'un pareil drame se reproduise ?  (FRANCE 2)