Le ministre italien de la Défense a affirmé lundi ignorer où se rendait le remorqueur italien libéré du port de Tripoli

"Le navire se dirige vers l'ouest mais nous ne savons pas où exactement" a-t-il déclaré à la chaîne italienne Canale 5.L'équipage composé de 11 hommes, dont 8 Italiens, retenu depuis samedi avait pu repartir dimanche avec à ses côtés des "personnes affirmant appartenir aux autorités portuaires et militaires libyennes", selon l'armateur du bateau.

Le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa, le 10 mars 2011 à Bruxelles pour la crise libyenne.
Le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa, le 10 mars 2011 à Bruxelles pour la crise libyenne. (AFP/JOHN THYS)

"Le navire se dirige vers l'ouest mais nous ne savons pas où exactement" a-t-il déclaré à la chaîne italienne Canale 5.

L'équipage composé de 11 hommes, dont 8 Italiens, retenu depuis samedi avait pu repartir dimanche avec à ses côtés des "personnes affirmant appartenir aux autorités portuaires et militaires libyennes", selon l'armateur du bateau.

"Ils font des zigzags et à bord il y a des militaires armés" a confirmé le ministre de la Défense, Ignazio La Russa.

Les huit membres italiens de l'équipage de l'Asso 22 "se trouvent encore à bord du remorqueur, qui n'a pas accosté, et ils n'ont pu débarquer à Tripoli comme ils devaient le faire", a-t-il rappelé.

L'équipage du remorqueur hauturier est composé de huit Italiens, de deux Indiens et d'un Ukrainien.

Le navire aurait été retenu dès samedi après-midi peu avant l'attaque des chasseurs français, alors qu'il était en train de débarquer à Tripoli des travailleurs libyens de la compagnie pétrolière libyenne NOC.

Quelques hommes armés, dont l'un s'était présenté comme le commandant du port, avaient arrêté l'équipage, empêchant le navire de repartir. L'équipage se serait alors trouvé consigné à bord.

Dimanche, le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini n'avait pas exclu qu'il puisse s'agir d'un enlèvement: "Nous ne savons pas quelles sont les intentions" de ces hommes mais "nous ne pouvons pas exclure un enlèvement", avait-il dit.

Le remorqueur hauturier de 75 mètres appartient à la société Augusta Offshore, basée à Naples et spécialisée dans les services d'assistance aux plateformes pétrolières et les activités d'exploration et de production. Une unité spéciale a été créée sur place au siège napolitain de la société pour suivre les développements de la situation.