Cet article date de plus de cinq ans.

L'Arabie saoudite recrute huit bourreaux

L'annonce coïncide avec une augmentation du nombre des exécutions dans le royaume.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un drapeau de l'Arabie Saoudite, le 23 septembre 2014. (STR / AFP)

Un métier pas comme les autres. Le gouvernement saoudien a publié, mardi 19 mai, une offre d'emploi pour le recrutement de huit bourreaux pour exécuter, par décapitation, le grand nombre de condamnés à mort dans le royaume.

L'annonce de ce recrutement coïncide avec une augmentation du nombre des exécutions dans le royaume, où viol, meurtre, apostasie, vol à main armée et trafic de drogue sont passibles de la peine capitale en vertu d'une version rigoriste de la charia. 84 personnes ont ainsi été exécutées depuis le début de l'année dans le royaume alors qu'il y en avait eu 87 pour toute l'année dernière.

L'un des cinq pays qui exécutent le plus

Aucune qualification particulière ni expérience ne sont requises pour ces emplois de bourreaux, dont la fonction sera d'"exécuter les condamnés à mort", selon l'offre d'emploi mise en ligne sur le site du ministère du Service public. Les futurs fonctionnaires seront aussi appelés à pratiquer "des amputations" sur des personnes condamnées pour vol.

Amnesty International s'est inquiété, en mars, du nombre important de décapitations pour trafic de drogue en Arabie saoudite, notant qu'elles représentaient plus de la moitié des exécutions depuis le début de l'année. Dans le rapport annuel de l'ONG pour 2014, le royaume figure parmi les cinq pays qui exécutent le plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.