Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Quand un petit Palestinien rêve de mourir en martyr

L'espoir de paix au Proche-Orient n'aura-t-il été qu'"un bref moment d'optimisme" ? Quel avenir pour les petits Palestiniens des territoires occupés ? Le 25 mai, "Envoyé spécial" donne carte blanche au réalisateur Amos Gitaï, qui vient de présenter à Cannes son documentaire "A l'ouest du Jourdain". Extrait.

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Pour son documentaire A l'ouest du Jourdain, Amos Gitaï est allé à la rencontre de Palestiniens et d'Israéliens. A Hébron, dans les territoires occupés, sur une terrasse ensoleillée qui domine la ville, il a posé à ce petit Palestinien la question à laquelle ont droit tous les enfants : quels sont tes rêves ? Extrait d'une carte blanche à Amos Gitaï proposée par le magazine "Envoyé spécial" le 25 mai 2017.

"Mon rêve, répond celui-ci avec un sourire jusqu'aux oreilles, c'est de mourir en martyr." Pourquoi ? "C'est comme ça..." 

"Je sais que la vie est bien, mais je veux devenir un martyr"

— Mais si tu meurs, c'est fini, terminé. On ne peut mourir qu'une fois… — Et alors ? répond l'enfant. Et après sa mort, que veut-il ? "J'irai auprès de Dieu. Où veux-tu que j'aille ?" Et que veut-il dire à Allah ? "Que je suis mort en martyr, rien d'autre." Et que veut-il qu'Allah lui réponde ? "Qu'il m'en soit reconnaissant."

Un gamin scolarisé, qui dit avoir de bons résultats en 6e. Comment le convaincre de rester en vie ? "Mon opinion ne changera pas, rétorque le garçon sans se départir de son grand sourire. Je sais que la vie est bien, mais je veux devenir un martyr." Qui lui a mis cette idée dans la tête ? "Personne." Un dialogue que le réalisateur finit par abandonner sur ces paroles – en espérant qu'elles ne tombent pas dans l'oreille d'un sourd : "Reste en vie."

Extrait de "Un bref moment d'optimisme", un documentaire d'Amos Gitaï à voir dans "Envoyé spécial" le 25 mai 2017.

En Cisjordanie, extrait de \"Un bref moment d\'optimisme\" d\'Amos Gitaï.
En Cisjordanie, extrait de "Un bref moment d'optimisme" d'Amos Gitaï. (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)