Escalade de violence à Gaza : un soldat israélien et quatre Palestinien tués

Plusieurs combattants du Hamas ont été tués dans la bande de Gaza. Un soldat israélien a été tué dans la soirée. 

De la fumée s\'échappe d\'un secteur de la ville de Gaza, vendredi 20 juillet, après un bombardement israélien. 
De la fumée s'échappe d'un secteur de la ville de Gaza, vendredi 20 juillet, après un bombardement israélien.  (MAHMUD HAMS / AFP)

Quatre Palestiniens dont trois "combattants" du mouvement islamiste Hamas ont été tués par l'armée israélienne, vendredi 20 juillet. Deux d'entre eux ont été tués près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, dans une attaque contre un poste d'observation du Hamas. Un troisième a été tué par les forces israéliennes à Rafah, également dans le sud de la bande de Gaza, a ajouté le ministère de la Santé gazaoui.

La branche militaire du Hamas a indiqué dans un communiqué que ces trois Palestiniens étaient des "combattants" membres de cette organisation, contrairement aux premières informations selon lesquelles il s'agissait de civils. Un quatrième Palestinien a été tué par des soldats israéliens près de la zone frontalière à l'est de la ville de Gaza, toujours selon le ministère de la Santé. 

Bombardements israéliens contre des cibles militaires à Gaza

Un porte-parole de l'armée israélienne a pour sa part indiqué que des avions et des chars israéliens ont bombardé des "cibles militaires dans toute la bande de Gaza" en réponse à des "tirs" visant des troupes israéliennes près de la frontière avec cette enclave palestinienne. Les tirs contre les soldats israéliens ont eu lieu lors de "violentes émeutes le long de la clôture de sécurité", qui marque la frontière entre Israël et la bande de Gaza, affirme l'armée.

Par la suite, un soldat israélien a été tué par des tirs de Palestiniens durant une opération près de la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, a annoncé l'armée dans un communiqué. "Durant un incident, un groupe de terroristes a tiré vers des soldats israéliens. L'un d'entre eux a été grièvement atteint et a succombé ensuite à ses blessures."

Cet accès de fièvre survient au moment où de nouvelles manifestations ont eu lieu à la barrière de sécurité séparant Israël de Gaza pour protester contre le blocus imposé par l'Etat hébreu à ce territoire palestinien contrôlé par le Hamas. Des tirs contre les soldats israéliens ont eu lieu lors de "violentes émeutes le long de la clôture de sécurité", qui marque la frontière entre Israël et la bande de Gaza, a affirmé l'armée.

Le Hamas affirme retenir deux soldats israéliens

Des militants du mouvement Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis onze ans, ont par ailleurs continué à lâcher des ballons incendiaires en direction du territoire israélien, malgré les mises en garde de l'armée israélienne. Depuis le 30 mars, des Palestiniens manifestent régulièrement dans le secteur frontalier pour dénoncer le blocus israélien imposé à Gaza et exiger le retour des réfugiés palestiniens chassés ou qui ont fui de leurs terres en 1948 lors de la création de l'Etat d'Israël.

Khalil al-Hayya, numéro deux du Hamas à Gaza, a par ailleurs affirmé que son mouvement retenait prisonnier deux soldats israéliens déclarés morts au combat pendant la guerre de 2014. "Vos soldats sont toujours entre nos mains, a-t-il lancé. Si les occupants [les Israéliens] veulent les revoir, ils devront en payer le prix, comme pour Shalit." En octobre 2011, un soldat israélien, Gilad Shalit, avait été relâché par le Hamas après plus de cinq ans de détention en échange de la libération d'un millier de prisonniers palestiniens en Israël.