Reportage A Jenine, le retour difficile des habitants du camp de réfugiés après l'attaque israélienne

Dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 juillet, l'armée israélienne a lancé une opération militaire massive à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, faisant 13 morts et détruisant une grande partie du camp de réfugiés.
Article rédigé par Frédéric Métézeau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le camp de réfugiés de Jénine après les attaques de l'arnée israélienne. (FRÉDÉRIC MÉTÉZEAU / RADIO FRANCE)

L'heure est au retour et à la constatation des dégâts, considérables, pour les 3 000 habitants de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, qui ont quitté leur maison la semaine dernière, lors de l'opération militaire menée par l'armée israélienne. La poussière est partout, au sol ou en suspension, soulevée par le vent chaud, les pas des gens, les voitures et les bulldozers de la municipalité qui nettoient les rues du camp de réfugiés. Il y a une semaine, des bulldozers militaires israéliens étaient à l'œuvre. Près d’un millier de soldats, des drones et des bulldozers, ont frappé pendant trois jours. Des attaques qui ont fait 13 morts : 12 Palestiniens et un soldat israélien.  

>> Ce que l'on sait de l'opération menée par l'armée israélienne à Jénine 

Oussama, 21 ans, traîne un portail en fer forgé tout tordu. "C’était le portail de notre maison qui a été détruite par un bulldozer des forces d’occupation, explique-t-il. Un groupe de jeunes Palestiniens était là pour défendre leur terre et leur quartier, c’est pour ça que vous voyez autant de dégâts. Les Israéliens les appellent terroristes, mais non ! Ils sont notre résistance !"

Partout, des voitures écrasées, comme transformées en boule ou en cube. Devant la maison de Kamle, 64 ans, un camion a subi le même traitement. Il appartient à son fils, qui est mécanicien. "Ils ont pris le camion, ils l’ont compressé avec le bulldozer et ont commencé à jouer avec comme si c’était un ballon de football, se désole Kamle. Ils ont essayé de détruire la maison avec, mais ça n’a pas marché, alors ils ont balancé le camion ici et là. Puis ils ont détruit les marches de notre entrée, ils ont pris une autre voiture comprimée et tenté de détruire les murs et la porte d’entrée."

Les bulldozers de l'armée israélienne ont compressé voitures et camions à Jénine (FRÉDÉRIC MÉTÉZEAU / RADIO FRANCE)

Quand Israël dénonce le terrorisme palestinien, Mustafa Shita répond "Résistance". Le directeur général du Theâtre de la Liberté, haut lieu culturel et activiste de Jénine, justifie toutes les attaques. "Je considère qu’il n’y a pas un seul ‘civil’ israélien. Tous les Israéliens font leur service dans l’armée israélienne, donc il n’y a aucune raison de les considérer comme des ‘civils’. Non ! Ce sont des occupants et on a le droit de combattre cette occupation."

Un logement détruit lors de l'opération de l'armée israélienne. A droite, la fille de Raja, 4 ans, continue de transporter son oiseau en cage, pourtant mort il y a deux jours. (FRÉDÉRIC MÉTÉZEAU / RADIO FRANCE)

Chez Raja et sa belle-sœur Hayat, un missile a perforé le mur des toilettes. Une partie du logement a été soufflée. Les larmes aux yeux, Raja montre un tube noir. Elle garde le missile. "Un tir de drone ! On le garde là pour toujours se souvenir de ce qui s’est passé ici. L’armée n’est arrivée à rien, tout dépend de Dieu." La fille de Raja, 4 ans, tient une cage à la main. Dedans, son petit oiseau mort, faute de soins quand la famille était à l’abri. Le volatile au plumage rose repose au fond. Cela fait deux jours que la petite fille refuse de lâcher la cage qu’elle promène partout avec elle. 

Le difficile retour des habitants du camp de Jénine, attaqué par l'armée israélienne - Reportage de Frédéric Métézeau

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.