Proche-Orient : la surenchère de la violence se poursuit

Publié
Durée de la vidéo : 9 min.
Proche-Orient : la surenchère de la violence se poursuit
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a échoué à s'entendre sur une déclaration pour tenter d'arrêter un cycle de violences sans précédent depuis sept ans. Le bilan est lourd, avec 62 morts depuis le 10 mai, dont 14 enfants.     

Pas de répit à Gaza (Palestine), encore ciblé par des frappes aériennes, mercredi 12 mai. Profitant d'une accalmie, des habitants se mettent à l'abri. Les rues sont dévastées, un immeuble, qui abritait les bureaux du Hamas, en ruines. Il a été pulvérisé par l'aviation israélienne, au moins 56 Palestiniens y ont été tués. La nuit du mardi 11 au mercredi 12 mai, les affrontements ont été particulièrement intenses. Des groupes armés palestiniens ont multiplié les tirs de roquettes allant jusqu'à toucher Tel-Aviv (Proche-Orient). Six Israéliens ont été tués.      

Discours ferme de Benyamin Netanyahu     

En réaction, le discours est martial des deux côtés. "Si Israël veut une escalade, la résistance est prête. Et si Israël veut arrêter, nous sommes prêts aussi. S'ils veulent cesser d'occuper Jérusalem, nous sommes prêts", a déclaré Ismaël Haniyeh, chef du Hamas. "Nous devons agir contre tous ceux qui tentent d'attaquer les citoyens israéliens et l'Etat d'Israël", a déclaré quant à lui le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. Tout est parti d'affrontements sur les esplanades des mosquées à Jérusalem (Proche-Orient), jusqu'à l'intérieur même de la mosquée, l'un des hauts lieux de l'Islam.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.