Noël en Terre Sainte : "Depuis dix-huit mois, nous n'avons pas vu un seul touriste"

Il y a un mois, les autorités israéliennes ont décidé de refermer les frontières rouvertes trois semaines avant. Les lieux saints chrétiens d'Israël et de la Palestine fêteront Noël sans pélerins ni touristes étrangers comme en 2020.

Article rédigé par
Frédéric Métézeau - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Père Noël masqué et juché sur un chameau devant la Vieille Ville de Jérusalem, le 23 décembre 2021. (DEBBIE HILL / MAXPPP)

En 2019, Jérusalem et Bethléem avaient connu une affluence record. Deux ans après, cela n'est plus qu'un lointain souvenir. Pour la deuxième année consécutive, les lieux saints chrétiens d'Israël et de la Palestine fêteront Noël sans pèlerins ni touristes étrangers. Pourtant, à l'entrée la plus touristique de la vieille ville, porte de Jaffa, le père Noël est toujours là, juché sur son chameau, mais cette année face à lui, les journalistes sont plus nombreux que les badauds.

Dans son café-restaurant, Mahmoud fait chauffer sans conviction son percolateur. "Porte de Jaffa normalement, c'est rempli de gens, s'attriste-t-il. Tout le monde est joyeux pour les fêtes de Noël, en temps normal, il y a beaucoup de fêtes ici. Et maintenant ? Tu peux voir les rues vides, il n'y a personne. Il y a juste deux mois, on avait rouvert, peu à peu, quatre ou cinq heures par jour, donc on espère que ça va revenir..."

Le Père Noël devant la Porte de Jaffa à Jérusalem en 2018. (GALI TIBBON / AFP)

L'industrie touristique en danger

Ce matin-là, c'est la distribution des sapins offerts par la mairie de Jérusalem. Cela anime un peu le quartier où les agents de change ont baissé leur rideau de fer et où les marchands de souvenir vivotent. Raouni vend des tickets pour la promenade sur les remparts. Depuis plus de dix-huit mois, il n'a pas vu un seul touriste. "Habituellement ici, on vend plus de 700 tickets par jour", explique-t-il. Pendant les fêtes juives ou chrétiennes, ça peut monter jusqu'à 2 000. Mais maintenant, c'est cinq à dix tickets par jour." 

Justement, l'adjointe au maire de Jérusalem chargée du tourisme Fleur Nahum est en colère contre les décisions gouvernementales.

"On est passé de 5 millions de touristes avant le Covid à 200 000 touristes. Même pendant l'Intifada, même pendant les conflits, les gens sont toujours venus. Si on en est là, c'est parce que nous avons refermé le pays."

Fleur Nahum, adjointe au maire de Jérusalem chargée du tourisme

à franceinfo

Elle appelle le gouvernement à laisser revenir les touristes avec toutes les précautions nécessaires : "Rouvrez le pays sinon l'industrie du tourisme ne survivra pas !" En Israël, le tourisme représente 2% du produit intérieur brut. C'est 15% en Cisjordanie grâce notamment à l'affluence à Bethléem, la ville natale de Jésus selon la Bible, qui sera encore déserte ce soir.

Un Noël en terre sainte sans pèlerins ni touristes étrangers - Frédéric Métézeau
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.