Jérusalem : des centaines de blessés lors de nouveaux heurts entre des manifestants palestiniens et la police israélienne

Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU est prévue ce lundi face à cette escalade de violence.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des affrontements entre des manifestants palestiniens et les forces de sécurité israéliennes ont eu lieu sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, le 10 mai 2021 (AHMAD GHARABLI / AFP)

Jets de pierres, gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc : la tension monte dans la Ville sainte. Selon les secouristes palestiniens, 215 Palestiniens ont été blessés, lundi 10 mai, lors de nouveaux affrontements avec des policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, après un week-end déjà marqué par des violencesTôt le matin, des milliers de Palestiniens ont lancé des projectiles en direction des forces de l'ordre israéliennes positionnées à l'intérieur de l'esplanade des Mosquées.

La reprise des violences coïncide avec "la Journée de Jérusalem", marquant selon le calendrier hébraïque la conquête de Jérusalem-Est par l'Etat hébreu. Face à cette escalade de violence, une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU (Organisation des Nations unies) est prévue plus tard dans la journée sur la situation à Jérusalem à la demande de la Tunisie.

Nétanyahou veut faire "respecter la loi"

Vendredi soir, plus de 200 personnes, en grande majorité des Palestiniens, ont été blessées dans des heurts entre policiers et Palestiniens sur l'esplanade des Mosquées. Samedi et dimanche, le calme était revenu sur l'esplanade mais les heurts ont continué entre Palestiniens et policiers israéliens dans d'autres secteurs de Jérusalem-Est, faisant au total plus de 215 blessés, selon le Croissant-Rouge palestinien. La police israélienne a également fait état de neuf blessés dans ses rangs.

Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a averti, dimanche, que l'Etat hébreu "continuera[it] d'assurer la liberté de culte, mais n'autorisera[it] pas des émeutes violentes". "Nous ferons respecter la loi et l'ordre, avec fermeté et responsabilité", a-t-il dit, en défendant le développement des colonies juives à Jérusalem-Est. Le sort de familles palestiniennes du quartier de Cheikh Jarrah, menacées d'expulsion au profit de colons juifs, est l'un des vecteurs de tensions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.