Israël-Palestine : les appels au cessez-le-feu se multiplient, sans effet sur le terrain

La barre symbolique des 100 morts a été atteinte, vendredi 11 juillet à Gaza, cinq jours après le début de l'opération israélienne "Bordure de protection".

Un bâtiment détruit par un raid aérien dans la bande de Gaza, le 11 juillet 2014.
Un bâtiment détruit par un raid aérien dans la bande de Gaza, le 11 juillet 2014. (MOMEN FAIZ / NURPHOTO / AFP)

Barack Obama a beau proposer une offre de médiation entre les deux parties, l'offensive israélienne à Gaza et les salves de roquettes vers l'Etat hébreu se sont poursuivi vendredi 11 juillet.

Les raids aériens de Tsahal ont déjà fait plus de 100 morts palestiniens en quatre jours, dont 13 nouvelles victimes vendredi selon les services d'urgence locaux. Face à la dégradation de la situation à Gaza, 34 associations humanitaires internationales ont appelé au cessez-le-feu tout comme, dès jeudi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon.

Le conflit le plus meurtrier depuis fin 2012

Mais ni le dirigeant du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, ni Benjamin Netanyahu ne semblent disposés à une trêve pour le moment. "Aucune pression internationale ne nous empêchera de frapper les terroristes qui nous attaquent", a prévenu le Premier ministre israélien lors d'une conférence de presse, peu avant le début du repos du shabbat.

Ce nouveau conflit est le plus meurtrier depuis l'opération "Pilier de Défense" en novembre 2012, qui visait déjà à faire cesser les tirs de l'enclave palestinienne. Les tirs de part et d'autre avaient alors tué 177 Palestiniens et 6 Israéliens.