Info franceinfo Médecins sans frontières pointe la responsabilité de l'armée israélienne dans l'attaque d'un de ses convois qui a fait deux morts

Le 18 novembre, deux minibus de MSF ont été visés par des tirs dans les rues de Gaza, alors que les équipes de MSF et leurs familles cherchaient à fuir vers le sud du pays.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les Palestiniens découvrent les dégâts autour de l'hôpital Al-Chifa à Gaza, après une offensive israélienne, le 26 novembre 2023. (OMAR EL-QATTAA / AFP)

Médecins sans frontières pointe la responsabilité de l’armée israélienne dans les tirs qui ont fait deux morts le 18 novembre dernier à Gaza, contre un convoi de l'ONG qui tentait de fuir vers le sud du pays, révèle vendredi franceinfo via un document de MSF. L'ONG demande une explication aux autorités israéliennes ainsi qu'une enquête indépendante.

L'attaque est survenue le 18 novembre au moment de l’offensive israélienne contre l’hôpital Al-Chifa, situé dans le nord de la bande de Gaza. Les soldats avaient ordonné son évacuation. Israël assurait que le Hamas se servait de cet établissement comme base militaire.

MSF affirme que les véhicules "ont été délibérément ciblés par des tirs"

Sur le site de Médecins sans frontières, on peut lire un communiqué daté du 18 novembre dans lequel l'ONG dénonce en effet "une attaque délibérée contre un convoi cherchant à évacuer son personnel". MSF y assure que les voitures étaient "clairement identifiées par des logos de l'organisation" et que deux d'entre elles "ont été délibérément ciblées par des tirs".

Selon MSF, les témoignages de l’équipe pointent la responsabilité de l’armée israélienne dans cette attaque. Un membre de l'ONG affirme avoir vu des tanks et des snipers positionnés au sommet d'un immeuble un peu avant les tirs qui ont provoqué la mort d’un proche et d’un voisin. Il affirme aussi qu'ils lui ont tiré dessus.

MSF accuse également l’armée israélienne d’avoir volontairement détruit des véhicules de l'ONG, deux jours plus tard, le 20 novembre, avec un bulldozer et des tanks, alors qu’ils représentaient des éléments de preuve dans cette affaire. Ce jour-là, un des membres de MSF a effectivement filmé, depuis les bureaux de l'ONG à Gaza, l'incendie de cinq véhicules siglés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.