Guerre Israël-Hamas : les Etats-Unis annoncent une coalition en mer Rouge contre les attaques des houthis

Outre les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne et les Seychelles prendront part à cette coalition.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de la Défense américain, Lloyd Austin, lors d'une conférence de presse à Tel-Aviv (Israël), le 18 décembre 2023. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le ministre de la Défense américain a annoncé, lundi 18 décembre, la formation d'une coalition de 10 pays en mer Rouge, afin de répondre aux attaques répétées des houthis contre des navires que ces rebelles yéménites considèrent comme "liés à Israël". Outre les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, l'Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l'Espagne et les Seychelles prendront part à cette coalition.

"L'escalade récente des attaques irresponsables des houthis en provenance du Yémen menace la libre circulation du commerce, met en danger la vie de marins innocents et viole le droit international", a déclaré Lloyd Austin. En visite en Israël lundi, le ministre américain avait plus tôt appelé l'Iran à cesser son "soutien" aux opérations des houthis contre les navires commerciaux.

Plusieurs bateaux changent de trajet

Plus tôt dans la journée, les houthis avaient affirmé avoir "mené une opération militaire contre deux navires liés à l'entité sioniste, à l'aide d'hydravions", identifiant les navires pris pour cible comme étant le M/T Swan Atlantic et le MSC Clara. Le propriétaire du navire norvégien M/T Swan Atlantic a reconnu que le tanker avait été touché par un "objet non identifié" mais a précisé que "le bateau a subi des dégâts limités" et que l'équipage n'a pas été blessé.

Depuis plusieurs jours, les géants du transport maritime désertent le passage par le détroit stratégique de Bab al-Mandeb, qui sépare la péninsule arabique de l'Afrique, et par lequel transite 40% du commerce mondial. Le détour par le Cap de Bonne-Espérance, au sud de l'Afrique, rallonge toutefois considérablement le trajet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.