Guerre entre Israël et le Hamas : ce qu'il faut retenir de la journée du mercredi 29 novembre

Au sixième et dernier jour de la trêve, l'armée israélienne a annoncé en fin de soirée qu'un nouveau groupe d'otages israéliens avait été relâché et remis à la Croix-Rouge.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des véhicules de l'armée israélienne devant la prison militaire d'Ofer, en Cisjordanie occupée, le 29 novembre 2023, au milieu des préparatifs pour la libération des prisonniers palestiniens en échange d'otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza. (FADEL SENNA / AFP)

La guerre entre Israël et le Hamas est entrée, mercredi 29 novembre, dans son 54e jour. Dernier jour d'une trêve de six jours, négociée sous l'égide du Qatar, de l'Egypte et des Etats-Unis, les bombardements sur la bande de Gaza pourraient reprendre au petit matin jeudi, si aucun accord n'est trouvé pour prolonger la trêve. Cette trêve a notamment permis la libération de nouveaux otages israéliens et de nouveaux prisonniers palestiniens, mercredi soir. Voici ce qu'il faut retenir de la journée. 

Quatorze otages israéliens libérés

Quatorze otages, dix Israéliens et quatre Thaïlandais, retenus depuis le 7 octobre par le Hamas, ont été libérés par le Hamas dans la soirée, a annoncé l'armée israélienne sur Télégram, sur la base d'informations fournies par la Croix Rouge. Les quatorze otages ont rejoint le territoire israélien, selon le bureau du Premier ministre israélien. Deux femmes binationales russes et israéliennes, retenues en otage dans la bande de Gaza par le Hamas, ont été libérées plus tôt dans la journée. Les dix otages israéliens ont été libérés dans le cadre de l'accord de pause humanitaire et 30 Palestiniens, dont 16 mineurs et 14 femmes, vont être libérés par Israël en échange de leur libération.

Le secrétaire général de l'ONU plaide en faveur d'un cessez-le-feu humanitaire à Gaza

"La population de Gaza vit au milieu d'une catastrophe humanitaire monumentale, sous les yeux du monde. Nous ne devons pas détourner le regard", a déclaré mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. "Nous pensons que nous avons besoin d'un véritable cessez-le-feu humanitaire", a-t-il de nouveau réclamé. Des tractations sont en cours pour tenter de prolonger la trêve de six jours qui doit prendre fin jeudi matin.

Les colons israéliens dans le viseur de la communauté internationale

La France a une nouvelle fois condamné les violences commises par des colons israéliens à l'encontre de Palestiniens de Cisjordanie et appelé Israël "à y mettre un terme" et à sanctionner les auteurs de ces exactions. En Cisjordanie, 490 000 colons vivent au milieu de trois millions de Palestiniens. Ces colonies sont considérées par l'ONU comme illégales au regard du droit international.

Poursuite des pourparlers pour prolonger la trêve

 "Notre objectif principal à l'heure actuelle, et notre espoir, est de parvenir à une trêve durable qui mènera à de nouvelles négociations et, finalement, à la fin de la guerre", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari. Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, est arrivé en Israël dans la nuit de mercredi à jeudi pour tenter de prolonger la trêve.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.