Covid-19 : des milliers de musulmans se rassemblent sur l'esplanade des Mosquées pour la première fois depuis le début de l'épidémie

Le troisième lieu saint de l'islam a accueilli la grande prière du vendredi pendant le ramadan. En 2020, toute la ville de Jérusalem avait été placée en confinement.

Article rédigé par
Frédéric Métézeau - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Palestiniens participent à la première prière du vendredi pendant le ramadan, dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, troisième site sacré de l'islam, dans la vieille ville de Jérusalem, le 16 avril 2021. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Par un temps radieux et des températures estivales, vendredi 16 avril, des milliers de fidèles, hommes et femmes de tous âges, entrent dans la vieille ville par la porte de Damas. "Tous les musulmans, tous les Palestiniens sont là", se réjouit une habitante de Jérusalem. L'esplanade des Mosquées a accueilli la grande prière du vendredi pendant le ramadan pour la première fois depuis le printemps 2019. Le troisième lieu saint de l'islam était, comme tout Jérusalem, placé en confinement en 2020.

>> Covid-19 : grâce à la vaccination, Israël est dans "un scenario très proche de l'immunité collective"

Rien à voir avec la Mecque presque déserte. C'était donc jour de foule et de fête pour les musulmans à Jérusalem. Dix-mille Palestiniens de Cisjordanie occupée ont été autorisés à venir, à une condition... Houdeifah vient de Ramallah, c'est une joie indescriptible pour lui d’être sur l’esplanade et cela est possible parce qu'il a eu ses deux doses de vaccins. Il a donc eu un laisser-passer d'Israël.

"Nous avons besoin d’être vaccinés pour voyager"

Mais la vaccination va très lentement dans les Territoires palestiniens, Israël n'a fourni que quelques milliers de doses et l'aide internationale arrive au compte gouttes. Rebhi Aafane est un Arabe israélien de Galilée, près du Liban, et il juge le vaccin primordial : "Quel que soit notre projet nous avons besoin d’être vaccinés pour voyager ou bien pour travailler. Grâce à Dieu, nous avons franchi une nouvelle étape." Rebhi se réjouit qu'à partir de dimanche le port du masque ne soit plus obligatoire à l'extérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.