Les Etats-Unis envoient 750 soldats de plus au Moyen-Orient après l'attaque de l'ambassade américaine à Bagdad

Des centaines d'Irakiens pro-Iran et brûlant le drapeau des Etats-Unis se sont rassemblés devant l'ambassade américaine à Bagdad, mardi 31 décembre, forçant les forces de sécurité à tirer des grenades lacrymogènes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des marines américains se préparent à quitter le Koweït pour renforcer la sécurité de l'ambassade de Bagdad (Irak), le 31 décembre 2019. (ROBERT GAVALDON / DOD / AFP)

Washington tape du poing sur la table. Le Pentagone va envoyer "immédiatement" environ 750 soldats supplémentaires au Moyen-Orient, "en réponse aux événements récents en Irak", a annoncé mardi 31 décembre le ministre américain de la Défense Mark Esper, après l'attaque de l'ambassade américaine à Bagdad survenue un peu plus tôt.

"Ce déploiement est une action de précaution et appropriée en réponse aux niveaux de menace grandissants contre le personnel et les installations américaines, comme nous en avons été témoins aujourd'hui à Bagdad", a justifié le ministre américain. Selon un responsable américain ayant souhaité garder l'anonymat, 500 soldats, d'abord envoyés au Koweït, seront ensuite "très probablement" déployés en Irak.

Flambée du sentiment antiaméricain

Depuis que des avions américains ont frappé dimanche des bases des Brigades du Hezbollah – une faction du Hachd al-Chaabi, paramilitaires dominés par des factions pro-Iran et intégrés aux forces régulières –, le sentiment antiaméricain a flambé en Irak avant de culminer avec l'attaque de l'ambassade. Les forces de sécurité de l'ambassade américaine à Bagdad ont brièvement tiré des grenades lacrymogènes pour disperser des centaines d'Irakiens pro-Iran brûlant le drapeau des Etats-Unis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.