Irak : le Premier ministre démissionne après des mois de contestation

Le Premier ministre irakien a fini par démissionner vendredi 29 novembre. Une première victoire pour les manifestants qui continuent encore le combat.

FRANCEINFO

Le gouvernement irakien commence peu à peu à plier face à la gronde de son peuple. Vendredi 29 novembre, le Premier ministre Adel Abdel-Mahdi a annoncé qu'il allait présenter sa démission au Parlement. Une première avancée après plusieurs mois de contestation mais pas encore assez aux yeux des opposants. "Cette démission marque le début de la réforme dans notre pays. Notre révolution se poursuivra tant que toutes nos revendications ne seront pas satisfaites", prévient l'un d'entre eux.

Les affrontements continuent

Sur la place Tahrir de Bagdad, les tensions ne semblent pourtant pas s'apaiser. Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants continuent, les barricades restent en place. Les opposants réclament la démission du gouvernement qu'ils jugent corrompu. "Nous ne partirons pas, nous allons rester même si 10, 100 ou 1 000 personnes sont tuées", annonce un manifestant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants lancent des pierres sur les forces de sécurité lors de heurts, à Bagdad, le 26 novembre 2019. 
Des manifestants lancent des pierres sur les forces de sécurité lors de heurts, à Bagdad, le 26 novembre 2019.  (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)