France : la realpolitik appliquée par les présidents de la République

Publié
France : la realpolitik appliquée par les présidents de la République
FRANCEINFO
Article rédigé par
L.Vogel - franceinfo
France Télévisions

Emmanuel Macron a reçu le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane jeudi 29 juillet à l’Élysée. Par le passé, d’autres présidents de la République avaient rencontré des chefs d’État controversés.

Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane a été reçu à l’Élysée jeudi 29 juillet. C’est un nouvel exemple du pragmatisme politique assumé par Emmanuel Macron. Au nom des intérêts français, il a déroulé le tapis rouge le 18 juillet dernier à un autre autocrate : Mohammed Ben Zayed, président des Émirats arabes unis. Un leader critiqué par les défenseurs des droits humains mais qui s’avère être un allié stratégique dans le Golf tant sur le plan sécuritaire qu’économique. La France a vendu 80 ​avions de type Rafale et 12 hélicoptères aux Émirats arabes unis fin 2021 avec au bout, un contrat record de 16 milliards d’euros. Au nom de la realpolitik, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a été reçu deux fois à Paris depuis 2020.

La réception de Mouammar Kadhafi à l’Élysée en 2007

Les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont également usé de pragmatisme dans leurs relations internationales. François Hollande avait reçu plusieurs dirigeants controversés comme par exemple Paul Biya, le président camerounais au pouvoir depuis 1982, ou Blaise Compaoré, ex-dirigeant du Burkina Faso condamné à perpétuité pour l’assassinat de son prédécesseur. Pourtant, lors de sa campagne, le candidat socialiste avait alors estimé que "présider la République, ce n’est pas inviter des dictateurs en grand appareil à Paris". Une manière de tacler son adversaire de l’époque, le président sortant Nicolas Sarkozy, qui avait reçu en décembre 2007 le colonel libyen Mouammar Kadhafi. Malgré les critiques, le président avait rencontré d’autres dictateurs dont le syrien Bachar Al-Assad à quatre reprises entre 2008 et 2010.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.