Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Campagne de Sarkozy en 2007 : les soupçons d'un financement libyen se renforcent

Dans "Complément d'enquête", diffusé jeudi 20 juin sur France 2, un proche de Mouammar Kadhafi, l'ex-dictateur libyen, indique que Tripoli a versé "20 millions de dollars à la France". Extrait. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien président français Nicolas Sarkozy serre la main de Mouammar Kadhafi, le 12 décembre 2007 devant l'Elysée, à Paris. (STEVENS FREDERIC / SIPA)

Son témoignage risque de gêner l'ancien président. Dans un extrait de l'émission "Complément d'enquête" diffusée jeudi 20 juin sur France 2, repris par Mediapart, Moftah Missouri, diplomate libyen et interprète personnel de Mouammar Kadhafi, affirme que l'ancien "Guide" a versé "une vingtaine de millions de dollars" à Nicolas Sarkozy, à l'occasion de la campagne électorale de 2007.

Il assure que "Kadhafi [le lui a dit] verbalement". Il donne ensuite quelques détails sur cet échange : "Normalement chez nous, à la présidence, quand on donne de l'argent à quelqu'un, il n'y a pas un transfert bancaire, il n'y a pas de chèque, c'est de l'argent liquide dans des mallettes." 

Dans l'interview réalisée par les équipes de France 2, le diplomate confirme aussi l'authenticité de la note libyenne publiée en avril 2012 par le site Mediapart. Le document daté de 2006 affirme que Kadhafi aurait débloqué une somme de 50 millions d'euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Selon Moftah Missouri, il s'agit d'un "vrai document (...) d'appui ou de soutien financier" à l'ex-président. 

Découvrez ci-dessous un extrait de "Complément d'enquête", où l'on voit notamment Moftah Missouri s'exprimer sur ce document, mais aussi sur les voyages fréquents de Claude Guéant, bras droit de Nicolas Sarkozy, à Tripoli. 

Financement libyen de Sarkozy : un témoignage... par Mediapart

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.