Cet article date de plus de huit ans.

Bientôt des clubs de sport pour femmes en Arabie Saoudite

Le système actuel conditionne la pratique sportive des femmes à un agrément du ministère de la santé, qui baptise les gymnases "centres de santé".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Saoudienne Sarah Attar, le 8 août 2012 à Londres, avant une épreuve du 800 m des Jeux olympiques. (OLIVIER MORIN / AFP)

C'est une première au royaume wahhabite, qui applique une conception particulièrement rigoriste de l'islam. Les autorités saoudiennes vont accorder des licences pour des clubs de sport pour femmes, selon une information parue, vendredi 30 mars, dans le journal Al Watan.

Le ministère de l'Intérieur a pris cette décision après avoir commandité une étude montrant les failles du système actuel. Ce dernier stipule que les infrastructures sportives pour femmes, y compris les gymnases, doivent recevoir l'agrément du ministère de la santé et être baptisées "centres de santé".

Un pas de plus après les Jeux olympiques

En 2012, l'Arabie saoudite, un pays ultra-conservateur où les femmes doivent avoir l'autorisation de leur père, mari ou parent masculin pour toute décision importante de leur vie, avait envoyé, pour la première fois, deux femmes dans sa délégation olympique aux JO d'été de Londres.

Deux ans plus tôt, un membre du Conseil suprême religieux avait déclaré que les jeunes filles saoudiennes devaient s'abstenir de toute activité sportive "au risque de perdre leur virginité". Aujourd'hui encore, les écoles publiques pour filles du royaume ne prévoient aucun cours d'éducation physique et sportive. Ce décalage entre les hommes et les femmes est au cœur du film Wadjda, sorti en février.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Proche-orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.